Les Berlinois des Puppetmastaz sont au Moloco ce jeudi 30 mars, en partenariat avec le théâtre de marionnettes de Belfort. Les Berlinois des Puppetmastaz sont au Moloco ce jeudi 30 mars, en partenariat avec le théâtre de marionnettes de Belfort. DR

Et si on coupait la télé ? #5

« Et si on coupait la télé ? » c’est une petite chronique hebdomadaire « qui pique ». Non, ce n’est pas une chronique, c’est un placebo pour atténuer la dépression des longues semaines d’hiver.

Qu'est-ce qu'elle était belle cette semaine 12 de l'année 2017 ! Amusante plutôt... Êtes-vous allez au cinéma Le Colisé de Montbéliard jeudi dernier ? Le regard porté sur tous ces gens « hors normes », ça ne serait pas un peu nous, le peuple, dans les yeux de nos hommes politiques ?

« Les marionnettes n'amusent que les enfants et les gens d'esprit », écrit George Sand. Comme elle a raison madame George ! Faut quand même souligner le fait que madame George était un exemple de modernité au XIXe siècle.  Déjà, choisir un pseudo masculin – "Georges" - s'il n’y avait pas là une volonté de provoquer… Et effectivement, les marionnettes amusent les enfants, au premier degré, parce qu’il y a une part de magie dans ces morceaux de chiffons ou de bois qui prennent vie sous les ficelles de leurs manipulateurs. On a, tous, le souvenir des dimanches en famille à regarder le Muppet show et suivre les péripéties de Kermit la grenouille, Peggie la cochonne ou Fruggle rock, le musicien fou. C’était amusant au travers de nos yeux d’enfants, mais les adultes y trouvaient leur compte grâce à des sous-entendus et un humour parfois piquant. Les deux vieux grincheux sur leur balcon et leurs interventions moqueuses étaient un délice de second degré.

Pour les gens d’esprit (ou presque), les marionnettes ont toujours été un vecteur de témoignages ou une façon de joindre l’humour et la critique. Dans les années 1980, le Bébête show de Stéphane Collaro fait des siennes en commentant l’actualité politique. Les François Mitterand, Georges Marchais, Jean-Marie Le Pen, Jacques Chirac et autres Raymond Barre y étaient croqués avec leur marionnette mi-animal mi-politique. Puis il y a eu les Guignols de l’info sur Canal +, qui prirent le relais dans les années 1990. Ces guignols, marionnettes caricaturales, ont réussi le tour de force d’être plus populaires que leurs modèles. L’émission avait même été accusée d’influencer les électeurs. Mais quoi ? Les manipulateurs de marionnettes profiteraient-ils d'être dans l'ombre pour faire passer des messages ?

C'est drôle de constater que, sans y prendre garde, les marionnettes sont partout autour de nous. Elles sont notre quotidien et particulièrement en cette période de campagne pré-électorale. Macron serait la marionnette des lobbies de la finance, les juges et les médias seraient les marionnettes du pouvoir en place (Hollande) et des opposants à François Fillon ; Benoît Hamon serait la marionnette des anciens frondeurs du Parti socialiste, Arnaud Montebourg en tête ; le GUD (groupe union défense) manipulerait Le Pen. Il y a les acteurs et ceux qui tirent les ficelles… pour l’intérêt général ?

Les Puppetmastaz au Moloco ce jeudi 30 mars

George Sand avait raison, déjà au XIXe siècle. Les marionnettes n’amusent que les enfants et les gens d’esprit. Parce qu’elles provoquent des émotions, parce qu’elles sont capables de nous faire rire, mais aussi de nous faire pleurer.

Bon, allez, on coupe la télé pour de bon et on revient aux choses concrètes... Parce que les occasions vont être nombreuses cette semaine de décrocher de nos écrans et aller à la rencontre de vrais gens, histoire de partager des idées et des émotions. Surtout, vous aurez l’occasion de voir de vraies marionnettes jeudi 30 mars à 20 h 30 au Moloco qui accueille, dans une co-organisation avec le théatre de marionnettes de Belfort, le groupe de hip-hop berlinois PuppetMastaz !

Ce combo d’artistes engagés – né dans les années 1990 – nous invite à une réflexion sur l’idée « qui est la marionnette, qui est le maître ? » Le tout, dans un univers déjanté et musicalement accrocheur. Comme Gorillaz et sa représentation sous forme de bande dessinée, PuppetMastaz met en scène de vraies marionnettes pour animer leurs shows. N’est pas Toyband qui veut. Avec leur dernier album Keep Yo Animal, les Puppetsmastaz reviennent aux bases du hip hop. Hippocampe fou, ce rappeur français hors norme, a même collaboré avec eux sur ce dernier opus. Un grand moment sur la scène du Moloco !

On tient à saluer l’initiative de l’IUT de Belfort-Montbéliard qui organise, avec les associations Vélocampus et Ecocampus, une semaine du développement durable à destination des étudiants.

Dans cette même dynamique, la Ville d’Audincourt a eu l’excellente idée d’animer son marché couvert avec quatre Dimanches pop. Vous avez peut-être pu aller profiter du premier qui a eu lieu ce dimanche 26 mars de 11 h 30 à 13 h, mais si ce n’est pas le cas, il ne faut pas louper les prochains. Au programme, producteurs locaux, produits frais et musique live.

Vous cherchez à partager un moment agréable jeudi 30 mars ? Vous pourrez choisir entre un concert de chansons à texte par Maggy Bole, organisé par la Roger’s Musique Compagnie (oui oui, l’ex Roger’s café) au centre culturel de la Pépinière à Belfort, ou alors, vous mettre du gros son bien gras et bien lourd dans les oreilles au Moloco grâce à la soirée before du festival Circasismic de Besançon.

Samedi 1er avril (et ce n’est pas un poisson…), vous pouvez aller découvrir les groupes locaux accompagnés par les studios de la Smac La Poudrière-Le Moloco au cours d’une soirée concert à la Poudrière de Belfort.

Et si vous êtes partisans d’une soirée plus calme et engagée, nous vous conseillons d’aller assister à la pièce de théâtre Ça peut servir à la maison du Peuple à Belfort, donnée au bénéfice des soldats blessés de l’armée de terre. Cette opération culturo-caritative prend toute sa mesure dans notre belle Aire Urbaine où deux régiments sont stationnés : le 35e régiment d’infanterie (Belfort) et le 1er régiment d’artillerie (Bourogne). Ces deux régiments participent à toutes les opérations extérieures de l’armée française. Les fonds seront reversés aux organismes de soutien des soldats blessés en opérations pour les aider à se reconstruire physiquement et moralement. Un juste retour des choses pour ces Français qui acceptent de se sacrifier pour leur pays.

Une belle semaine en somme, et pour en savoir plus, y’a qu’à demander à l’Internet, ou jeter un coup d’œil sur notre agenda Facebook. On ne va pas vous mâcher tout le travail non plus !

Laurent

Pas journaliste pour un sou, c'est un citoyen observateur et investi. Il aime partager son regard acéré et éclairé sur le monde qui nous entoure. Loin de ses racines, c'est l'oeil extérieur sur notre région, dont il mesure toutes les qualités et à laquelle il est désormais attaché.