Aire urbaine: les débuts chaotiques de l’hôpital médian (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Aire urbaine: les débuts chaotiques de l’hôpital médian

Le démarrage du nouvel hôpital de l'Aire urbaine est laborieux: problèmes techniques, parking, effectif: tour d'horizon avec un délégué du personnel qui dénonce des dysfonctionnements.

L’hôpital du Nord-Franche-Comté n’a ouvert ses portes que depuis le début de l’année, mais déjà de nombreuses voix s’élèvent sur ses dysfonctionnements. Un déménagement trop rapide, des infrastructures mal pensées, un manque d’équipements: le personnel et les syndicats se plaignent et se sont même mis en grève le matin du 15 mars. Alors quels sont les problèmes rencontrés selon Bruno Lemière, délégué syndical CGT à l’hôpital ?

 

Des "problèmes techniques à répétition"

L'élu syndical dénonce d'abord des problèmes techniques multiples.

« D'abord, il y a le téléphone, les communications coupées quand on est avec les familles et parfois il n’y a pas de réseau; donc pour le personnel et surtout les patients ce n’est pas l’idéal ». Déjà pointé du doigt à l’arrivée dans les nouveaux locaux, les problèmes de téléphone ne seraient donc toujours pas résolus.

Certains volets seraient également récalcitrants : « Dans notre métier, l’une des bases, c’est le respect de la pudeur ; là on ne peut pas le faire ». D’autres problèmes techniques provoquent de vrais problèmes de personnel : « Un système de transport qui part du pôle logistique et qui parcourt une galerie de 400 mètres tombe régulièrement en panne. Il est censé apporter la nourriture, les draps, les linges… et donc ce sont des infirmiers qui doivent s’en occuper ».

 

Des "infrastructures inadaptées"

Le délégué syndical pointe également du doigt « un manque de lits et de moyens matériels en général, que ce soit des linges, des lavettes, ou du mobilier. On voit des secrétaires courir et chercher dans tout l’hôpital un bureau pour pouvoir s’occuper des documents administratifs. Ce n’est pas normal.»

Le parking est aussi au cœur du débat. D’abord décrié en raison de son prix, aujourd’hui, « c’est simple, les personnes qui viennent tôt le matin ont de la place, mais l’après-midi, c’est impossible, même pour le personnel; alors on se gare n’importe comment. »

 

Un manque de personnel

 

Mis en lumière depuis plusieurs années, le manque de personnel dans le milieu hospitalier est aujourd’hui un vrai problème de société. L’hôpital médian ne fait pas exception, mais Bruno Lemière met en évidence un autre manque dans le personnel : « Il y a eu une suppression de poste dans la maintenance; aujourd’hui beaucoup de choses ne fonctionnent pas, et les techniciens sont au four et au moulin avec une formation à la va-vite.»

Pour Bruno Lemière le constat est simple : « On est entré trop tôt dans ce nouvel hôpital».

Sollicitée à plusieurs reprises, la direction n'a pas donné suite à nos demandes pour s'exprimer sur ces sujets.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.