Les électeurs ont placé la candidate de l'extrême droite en tête dans la nouvelle région Bourgogne - Franche-Comté. Les électeurs ont placé la candidate de l'extrême droite en tête dans la nouvelle région Bourgogne - Franche-Comté. (© MyAireUrbaine.info - P.-Y.R.)

Marine Le Pen nettement en tête en Bourgogne-Franche-Comté

La candidate de l'extrême droite domine notamment dans le département rural de Haute-Saône, alors qu'Emmanuel macron s'impose dans les grandes villes comme Dijon et Besançon.

Marine Le Pen est arrivée dimanche nettement en tête du premier tour de l'élection présidentielle en Bourgogne-Franche-Comté, s'imposant dans sept départements sur huit avec 25,09% des suffrages, réalisant une percée par rapport au premier tour de 2012.

La candidate du Front national,qui avait recueilli en 2012 20,36% des voix en Bourgogne et 21,29% en Franche-Comté, devance ainsi largement Emmanuel Macron, qui obtient 21,89% des suffrages dans la région. Marine Le Pen réalise son score le plus élevé dans le département rural de la Haute-Saône, avec 31,36% des suffrages, soit plus de 10 points de plus qu'Emmanuel Macron (19,59%) et François Fillon (18,05%). Dans l'Yonne, elle  totalise 28,52% des voix, loin devant M. Fillon (19,91%) et M. Macron (19,63%) là aussi.

La candidate du Front national enregistre 26,89% des voix dans le Territoire-de-Belfort, devant Emmanuel Macron (20,64 %) et Jean-Luc Mélenchon (19,10%), dans un département notamment marqué en septembre dernier par la menace de fermeture du site historique du constructeur ferroviaire Alstom (400 emplois), finalement sauvé par le gouvernement.

"Ce sont les ouvriers, les salariés et les classes moyennes et populaires qui nous portent. Les thématiques du Front sont porteuses dans cette région où il y a beaucoup de désindustrialisation", s'est félicité Sophie Montel, tête de file du FN dans la région et proche du vice-président du parti Florian Philippot. "Depuis la présidentielle 2012, il y a une dynamique qui nous porte", a-t-elle déclaré, se disant "confiante" pour le deuxième tour.

M. Macron a cependant pris la tête en Côte d'Or (23,65%), devant Marine Le Pen (22,52%) et François Fillon (21,26%). Dans le seul département de la région qu'il remporte, le candidat d'En Marche! avait notamment pu compter sur le ralliement du maire de Dijon, François Rebsamen, un proche de François Hollande.

"Le 7 mai, pour les valeurs de la République, un seul vote est possible: Emmanuel Macron", a-t-il réagi dimanche dans un communiqué. Les propositions du candidat d'En Marche "présentent de nombreuses convergences avec mon engagement social-démocrate et mes convictions profondes sur l'Europe notamment", a-t-il ajouté.

Macron en tête à Besançon et Dijon

A Dijon, le candidat d'En Marche! s'est facilement imposé (27,31%) devant Jean-Luc Mélenchon (21,89%). Marine Le Pen n'arrive qu'en quatrième position, à 14,52%, après François Fillon (20,91%).

Dans le Doubs et le Jura, Marine Le Pen (23,45 % et 24,14 %) devance de quelques points le candidat d'En Marche! (22,50 % et 21,33 %) et celui des Républicains (21,09% et 18,97%).

Jean-Luc Mélenchon termine troisième dans le Jura avec 20,28 % des suffrages et il enregistre un score notable à Besançon (25,55%), l'ancienne capitale franc-comtoise historiquement à gauche où Macron, soutenu par le maire PS Jean-Louis Fousseret arrive premier (26,44 %).

En Saône-et-Loire, l'écart n'est aussi que de quelques points entre la candidate frontiste (24,28%) et M. Macron (22,33%), selon les résultats définitifs. Mais le centriste est arrivé en tête dans la ville de Chalon-sur-Saône (24,89%) devant Jean-Luc Mélenchon (21,18%) et François Fillon (19,70%).

Dans cette ville, la campagne avait d'ailleurs été marquée par un meeting commun de l'ancien maire de la ville et ex-garde des Sceaux de Jacques Chirac Dominique Perben et de l'ex-ministre de l'Agriculture de Lionel Jospin et sénateur de Côte-d'Or Fançois Patriat, tous deux ralliés à Macron.

Dans la Nièvre, où Marine Le Pen (24,77%) s'impose devant Emmanuel Macron (22,72%), le candidat d'En Marche! remporte une nette majorité des suffrages à 

Château-Chinon, l'ancien fief de François Mitterrand, à 28,01%, loin devant la candidate frontiste (20,09%).

Benoît Hamon ne totalise en Bourgogne-Franche-Comté que 5,66% des suffrages, juste devant Nicolas Dupont-Aignan (5,65%). Le taux de participation s'est élevé à 79,37%, inférieur aux 82,07% enregistrés en 2012.

(AFP)

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.