La République en Marche dévoile ses candidats pour l’Aire Urbaine

428 noms ont été révélés pour l’investiture de la République en Marche, mouvement du nouveau président de la République, Emmanuel Macron, pour les élections législatives. Si le renouvellement était un axe fort de la campagne du nouveau président, il n’est pas des plus visibles dans l’Aire urbaine, idem pour la parité homme-femme.

Bruno Kern (2e circonscription du Territoire de Belfort), Dennis Sommer (3e circonscription du Doubs) et Frédéric Barbier (4e circonscription du Doubs). Voici les trois premiers candidats sur les 5 circonscriptions que compte l’Aire urbaine. Christophe Grudler, fortement pressenti pour la 1ère circonscription du Territoire de Belfort n’a, lui, « pas encore reçu de confirmation officielle ».

Bruno Kern, une campagne centrée sur la ruralité

Bruno Kern a présenté dans les locaux de son cabinet d’avocat sa future campagne pour les législatives. Assis au bureau, un œil sur la télévision où on attend Richard Ferrand (secrétaire général d’En Marche) qui doit annoncer les 428 candidats du mouvement. « Moi je le sais, j’ai reçu une lettre signé par Macron lui-même ,» annonce l’hôte fièrement. « Damien Meslot était la voix du département, et il était écouté ! Il ne se représente pas et je veux être cette voix écoutée à Paris, » lance le candidat. Élogieux envers Damien Meslot, il n’hésite pas à tacler son futur adversaire et actuel député Michel Zumkeller : « Il a délaissé le nord Territoire, ils n’ont pas de député là-bas ». Sa campagne sera donc centrée sur les communes plus rurales du nord Territoire. Il la commencera à Lamadeleine-Val-des-Anges, commune d’une quarantaine d’habitants dont René Zappini est le maire et aussi le directeur de la communication du candidat. Toujours dans cette idée de décentralisation, un minibus fera le tour de toutes les communes de la circonscription. Au programme: porte à porte, débat, tractage… « Une vraie campagne de terrain, » conclu Bruno Kern.

Pas de parité, pas de nouveauté dans l’Aire urbaine

Dennis Sommer est donc candidat pour la 3e circonscription du Doubs. Il était conseiller à la région Bourgogne- Franche-Comté avant de démissionner pour briguer la présidence de la nouvelle communauté d’agglomération du pays de Montbéliard (perdue face à Charles Demmouge). Ancien membre de la CGT et du PCF, le maire de Grand-Charmont brigue son premier mandat de député. Il est membre du PS.

Frédéric Barbier est lui candidat dans la 4e circonscription du Doubs. D’abord suppléant de Pierre Moscovici à l’assemblée, il le remplace lorsque celui-ci est appelé à de plus hautes fonctions. Il est ensuite élu lors d’une législative partielle en 2015. Il fait partie des 5% de candidats sortant du mouvement La République en Marche. Il est également conseiller départemental dans le Doubs. Il est membre du Parti socialiste et était il y a encore quelques jours le candidat du PS dans cette circonscription.

Si Emmanuel Macron avait promis un renouvellement des politiques, c’est raté pour l’Aire urbaine! Tout comme la parité homme-femme. Pour remédier à cela, ils devront trouver une suppléante. Car oui, si le nouveau président insiste sur une parité à l’assemblée. Il souhaite aussi un couple titulaire suppléant mixte. Une prérogative à laquelle « il sera difficile de répondre dans ces délais, » craint Bruno Kern.

Le renouveau politique et la parité semblent donc bien compliqués dans l’Aire urbaine.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.