Sophie Montel sur sa page Facebook. Sophie Montel sur sa page Facebook. (capture d'écran)

Le groupe FN de Bourgogne-Franche-Comté se scinde en deux

Le rupture est consommée entre les supporteurs de Florian Philippot (dont la députée européenne Sophie Montel) et les tenants de la ligne de Marine Le Pen.

Le groupe FN du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté s'est scindé en deux ce vendredi 30 juin 2017: sa présidente, l'eurodéputée Sophie Montel, a été démise de ses fonctions par Marine Le Pen, alors que deux de ses proches ont été suspendus du parti.
"Le groupe FN à la région s'est recomposé ce matin en assemblée plénière" et "Sophie Montel n'en est plus la présidente", selon un élu régional FN qui fait partie du nouveau groupe, baptisé "Front national - Rassemblement Bleu Marine (FN-RBM)" et rejoint par au moins quinze des vingt-quatre élus régionaux frontistes - dont deux avaient déjà divorcé du groupe.
"Ils sont quinze, on est neuf, on ne peut pas constituer de groupe, car il faut être dix", a noté Mme Montel qui présidait jusqu'à présent le groupe "Front National - Les Patriotes" au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

"Des soucis idéologiques"

"Personne ne m'a demandé si je voulais faire partie du nouveau groupe FN, ça veut dire que les instructions sont claires", a confié cette proche de Florian Philippot, adhérente du FN depuis 1987.
Le conseiller régional Julien Odoul, secrétaire départemental du Front national dans l'Yonne, annonce qu'ils sont même "seize pour l'instant" à avoir rejoint le groupe officiel dont il sera "le nouveau président à la prochaine session".
Le parti reproche à Mme Montel, de soutenir les conseillers régionaux Julien Acard et Antoine Chudzik, malgré leur suspension du Front national, a indiqué le secrétaire général du FN, Nicolas Bay, dans un courrier transmis aux élus.Ces deux élus ont été suspendus et ils seront convoqués devant les instances disciplinaires du parti, "en raison de leur comportement inacceptable lors de la campagne des élections législatives et de leurs propos très hostiles à la direction du mouvement", précise le courrier.
"La Bourgogne-Franche-Comté avec Sophie Montel, c'était un soutien inconditionnel à Philippot et nous on veut plutôt rentrer dans le rang de ce que fait Marine Le Pen", confie l'élu du nouveau groupe FN-RBM.
Selon lui, il y avait "des soucis idéologiques, des interrogations liées à la ligne Philippot, mais aussi des problèmes de personnalités".
"Marine Le Pen a annoncé une refondation du FN et depuis Sophie Montel a fait énormément d'esclandres sur Twitter" et de la "provocation", estime l'élu.
(AFP)

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.