Aurélien Martin, Mickaël Fortier (responsable de l'association) et Frédéric Vandelle accueillent au bar des sourds des Eurockéennes. Et servent en s'adressant en langue des signes. Aurélien Martin, Mickaël Fortier (responsable de l'association) et Frédéric Vandelle accueillent au bar des sourds des Eurockéennes. Et servent en s'adressant en langue des signes. (© My Aire Urbaine : Fabrice Aurelle)

Eurockéennes : commander sa bière en langue des signes

Le stand All Access des Eurockéennes, installé au coeur du festival, offre des animations pour les personnes en situation de handicap et met en place un bar accessible aux personnes malentendantes. Dans ce bar, seule langue autorisée : la langue des signes.

Vers 19 h, un petit attroupement s'approche du stand All Access à gauche de la Green Room. Une vingtaine de personnes observent une femme danser et chanter les paroles d'une chanson. Elle le fait en langue des signes. « C’est assez captivant et gracieux. On essaie de repérer des mots, mais ce n’est pas facile », confie une spectatrice intriguée. La jeune femme déambule avec grâce. D’abord pour les personnes malentendantes. Mais elle arrive au final à captiver tous les festivaliers.

Le stand All Access est spécialement dédié aux personnes en situation de handicap. Et pour sensibiliser les festivaliers lors de cette grande manifestation, de nombreuses activités sont au programme. Une chose est cependant perpétuelle depuis 2 ans, c’est le bar sourd, tenu par des personnes malentendantes. Tout le monde joue le jeu, même les personnes valides. « Tu n’as pas le droit de parler tu triches ! » assène une cliente à l’un des serveurs qui répondait à nos questions. Vous avez toujours rêvé de savoir dire "bière" en langue des signes, mais vous vous inquiétez de savoir comment faire ? Pas de soucis pour la commande, un petit récapitulatif en langue des signes est présent sur le bar pour apprendre comment s’hydrater sans utiliser la parole. « C’est surprenant au départ, mais une fois qu’on a le plan devant les yeux c’est assez drôle. Ça change et on a un rapport plus humain avec celui qui sert au final », apprécie une femme en sirotant sa bière devant le stand. « Je l’ai découvert l’année passée et j’essaie de retenir les lettres en langue des signes, mais j’ai du mal ! Il faudrait que ce soit les Eurocks toute l’année », sourit son amie.

Chaque année, les personnes à mobilité réduite reçoivent un bracelet solidaire. « L’année passée, on a distribué 900 bracelets. Une partie des bracelets revient toutefois aux personnes qui accompagnent. Mais c’est vrai que cela représente un certain nombre de personnes », confie Yannick Calley, l’un des responsable du stand. Sous le barnum, deux espaces ont été organisés. Le premier se veut un espace d’échanges avec les festivaliers et propose de nombreuses activités : danser le madison avec des personnes en fauteuil roulant, jouer du piano en marchant sur le sol ou encore savourer un solo de batterie avec un musicien qui a une prothèse à l’avant-bras. Le second espace est un air de repos. « Les personnes dans ces situations peuvent être pris de panique avec la foule. Cet endroit leurs est donc dédiées, présente Yannick avant de conclure : On est un endroit de partage, d’échanges et aussi d’aide. J’ai l’impression que c’est le mix parfait pour ces Eurockéennes ! »

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.