Eurockéen, qui es-tu ? On collecte des questionnaires pour mieux connaître la réponse. Eurockéen, qui es-tu ? On collecte des questionnaires pour mieux connaître la réponse. ©My Aire Urbaine : Thibaut Quartier

Festivaliers, qui êtes-vous ? Une enquête va y répondre aux Eurockéennes

Une équipe de chercheurs sillonne tout le week-end la presqu'île du Malsaucy pour connaître le public des Eurockéennes. Et connaître ses évolutions après des passages en 2010 et 2014.

Quel est l'âge moyen d'un Eurockéen ? D'où vient-il ? Que fait-il ? Un homme ? Une femme ? Autant de questions auxquelles tentent de répondre l'équipe menée par le politologue Emmanuel Négrier et l'économiste Marion Vidal. Ils sont venus en 2010 et en 2014 pour mener pareille enquête. Leur méthodologie reste la même, permettant ainsi de faire des analyses et d'observer des évolutions. En 2014, le festivalier moyen était une femme, ayant un diplôme supérieur, âgée de 29 ans et originaire de Franche-Comté. En sera-t-il de même cette année ? Des tendances lourdes, comme la féminisation et l'augmentation de l'âge moyen, devraient continuer à être observées. Mais seule l'étude des questionnaires permettra de le confirmer ou pas.

Six personnes distribuent des questionnaires dans lesquels les réponses visent à obtenir des éléments quantitatifs, sur l'âge, le nombre de participations, l'origine géographique, la catégorie socio-professionnelle. Le but est de collecter plus de 1 000 entretiens. Ils en avaient reçu 955 en 2014. En parallèle, sept personnes mènent des entretiens individuels pour connaître les pratiques culturelles, ce que les festivaliers apprécient aux Eurockéennes. Ce qu'ils aiment moins. « C'est la même méthode depuis 2010, confie Emmanuel Négrier. Donc, même s'il y a des biais, ce sont toujours les mêmes. On peut donc constater des évolutions. »

Les chercheurs essaient aussi de déterminer quel est le rapport de l'Eurockéen avec le festival : a-t-il le sentiment d'appartenir à une communauté ? Et cela dépend s'il vient juste écouter son groupe de rap préféré ou s'il vient vivre une expérience en dormant quatre nuits au camping.

1 000 questionnaires attendus

Des étudiantes en licence professionnelle marketing et communication des organisations du spectacle, de l’événementiel et des loisir (Mosel) de Montbéliard, accompagnées de leur enseignant, Stéphane Laurent, viennent prêter main forte pour collecter toutes ces informations, sachant qu'elles mènent déjà une enquête similaire au festival No Logo à Fraisans (Jura) depuis plusieurs années.

Cette année, elles ont déjà remarqué que PNL « est un marqueur, qui ne laisse pas indifférent ». On aime ou on n'aime pas. Elles apprécient aussi de découvrir quel type de public vient aux Eurockéennes. Qui est « la nouvelle génération », confient-elles alors qu'elles n'ont que quelques années de plus, mais ressentent déjà « un fossé », dixit Manon. « Cela permet aussi d'aller voir les gens, de discuter avec eux de leurs goûts », confie Julia. Et de voir, finalement, que certains économisent pendant des mois pour venir aux Eurockéennes. « L'accès à la culture est parfois difficile, par les tarifs », analyse Julia. 

Comme d'habitude, l'organisation accueille sans restriction l'équipe. Il n'y a pas de sélection de l'information. Tout sera diffusé. « Tout est ouvert », se réjouit Emmanuel Négrier, qui reconnaît ne pas avoir toujours ces conditions de travail ailleurs en France. « Ce qui est génial ici, c'est que l'organisation nous demande aussi ce qui ne va pas. Elle nous demande les retours des festivaliers », se félicite-t-il.

En 2014 et en 2010, on avait noté la fidélité du festivalier. L'équipe est elle aussi revenue pour poursuivre son étude. Comme un rite de passage. Ne soyez pas surpris de les croiser. Ils ont un t-shirt bleu floqué des Eurockéennes. Et répondez aux questions : ça permet de mieux connaître ce festival. Toutes les réponses, avec l'impact économique du festival, sont attendues cet hiver.

Thibault Quartier

Une clé anglaise de l'information, capable d'écrire autant sur le marché des Leds en aquariophilie que sur celui des huîtres ou des poules en zones périurbaines ! Un sujet vous paraît abscons, il se fera un plaisir de l'expliquer.