High Ku et Youthstar, deux membres de la tournée estivale de Chinese Man. High Ku et Youthstar, deux membres de la tournée estivale de Chinese Man. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Chinese Man : « On a toujours un peu le trac avant de monter sur scène »

En marge des Eurockéennes, le collectif Chinese Man a présenté son show, son histoire et ses perspectives futures.

Après 2012, les revoilà ! Le collectif de hip-hop, un brin électro, Chinese Man revient aux Eurockéennes de Belfort. Au cœur d’une très longue tournée qui les emmène dans toute la France et dans les pays limitrophes (Belgique et Suisse notamment), les membres du collectif présentent leur nouvel album : Shikantaza. Ils arrivent en Franche-Comté en force avec le groupe originel (Zé Matéo, High Ku et SLY) auquel se sont greffés deux MC pour la tournée, Youthstar et A.S.M. « On a travaillé avec eux pour rendre l’album plus sympa en live, explique le groupe. On a bien bossé la scénographie avec l’équipe qui fait nos clips, avec des graphistes aussi. On prépare un petit show sympa. » Bien qu’ils commencent à avoir une certaine expérience sur scène, ils n'ont toujours pas de routine. « Tout peut arriver, on a toujours le trac avant de monter sur scène », concède SLY.

Une envie de rester simple

Dans leur petit monde, à Marseille, où ils ne vivent pas très loin les uns des autres, ils développent tranquillement leur label, Chinese Man Records, « On n’est pas dans une logique de signatures à tout va. En 13 ans, on a une dizaine d’artistes », confirme SLY. Pas non plus de tournée américaine. « Ce n’est pas du tout un objectif pour le moment, sourit High Ku avant d’ajouter : On préfère être les grands chez les petits plutôt que les petits chez les grands. » Fou rire général et High Ku se fait chambrer par le reste de l’équipe. « C’est beau ce que tu dis », rigole la petite compagnie. « On commence à avoir un petit réseau, surtout grâce à Internet. Être dans un festival comme les Eurockéennes, c’est une preuve de notre bon travail en live. »

 

Media

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.