130 000 entrées ont été enregistrées aux Eurockéennes pour cette édition 2017. Un record ! 130 000 entrées ont été enregistrées aux Eurockéennes pour cette édition 2017. Un record ! (© My Aire Urbaine - Fabrice Aurelle).

Avec 130 000 entrées, un nouveau record pour les Eurockéennes

Les sourires étaient sur tous les visages ce dimanche soir pour le bilan de la 29e édition des Eurockéennes. Et pour cause, on enregistre une affluence record, avec quasiment 130 000 entrées sur quatre jours. En attendant déjà de pied ferme la 30e édition du festival belfortain. Dont la durée n'a pas été encore dévoilée.

Pari audacieux. Pari réussi. En revenant à un festival sur quatre jours pour cette 29e édition (la dernière fois était en 2013), les Eurockéennes avaient fait un « choix audacieux », dixit Matthieu Pigasse, le président de Territoire de musique, l'association portant le festival. « Nous avions une envie naturelle de prolonger la fête, confie Jean-Paul Roland, le directeur du festival, après plusieurs éditions complètes. » Et quand vous ne pouvez pas augmenter la jauge des festivaliers présente sur le site, vous augmentez la durée du festival. Logique. Et les Eurockéens leur ont bien rendu leur confiance. On enregistre pour cette édition environ 130 000 entrées (110 000 entrées payantes), dépassant le record historique de 2013, bloqué à 127 000. « C'est un succès formidable », se réjouit Matthieu Pigasse. Pourtant, le contexte ne facilitait pas pareille opération. La conjoncture économique affaiblit le pouvoir d'achat des ménages. Les attentats de Nice, Berlin, Manchester et Londres ainsi que les attentats déjoués en France laissaient planer de l'inquiétude. Les années électorales – lors desquelles l'espace médiatique est saturé – ne sont jamais promptes non plus aux événements culturels. Et surtout dans un contexte où l'on observe « des baisses de fréquentation dans les festivals », relève Matthieu Pigasse.

Côté risques, l'organisation assume et est amplement satisfaite de sa programmation. De son équilibre entre Hubert-Félix Thiéfaine, Gojira, Booba, Phoenix ou Jain. « La force et la richesse des Eurockéennes, c'est son éclectisme », insiste Matthieu Pigasse. PNL et autre Booba, dont les choix ont été beaucoup décriés sur les réseaux sociaux, ont affiché complet. « Ceux qui passent à côté de PNL aujourd'hui serait passés à côté de Dafp Punk au milieu des années 1990, tranche Christian Allex, l'un des trois programmateurs qui revendique l'ouverture historique du festival, citant notamment les venues d'IAM, de Marilyn Manson ou encore de Dafp Punk en 1996. Nous sommes là pour donner de la visibilité à une esthétique large. » 

30e édition en 2018

Les programmateurs sont conscients que de nombreux commentaires ont critiqué l'absence de "têtes d'affiche". Mais eux ne l'entendent pas de cette oreille. « Nous n'avons jamais accueilli d'aussi grosses productions », sourit Jean-Paul Roland, notant que 70 techniciens supplémentaires avaient dû être recrutés pour installer les gros shows que sont Justice, Moderat, DJ Snake ou encore Booba. « Et on en a bavé à accueillir ceux qui n'étaient pas des têtes d'affiche », ironise le directeur du festival. Justement, en termes de production scénique, la programmation est aux anges après les prestations des groupes, notamment de la scène électro. « Justice, c'est du Spielberg », estime même Vivien Bècle, programmateur. L'autre marque de fabrique du festival, ce sont les créations. Et Kem Lalot, dernier du trio de programmateurs, de revenir sur le concert exceptionnel d'Hubert-Félix Thiéfaine accompagné de l'orchestre Victor-Hugo de Franche-Comté ou sur les liens tissés avec la scène colombienne.

En 2018, ce sera la 30e édition des Eurockéennes. « On veut voir les choses en très grand », insiste Matthieu Pigasse. Pour le moment, on est certain que le festival se tiendra au moins les 7 et 8 juillet. La troisième journée ne fera guère de doute. Une quatrième ? Ce n'est pas impossible. Et même sûrement l'objectif. Mais tout dépend de la programmation, qui dicte cette décision. Car des Eurockéennes à quatre jours ne doivent pas devenir le maître-étalon insiste l'association. « Il ne faut pas être dogmatique », conclut Matthieu Pigasse. Il n'y a plus qu'à attendre les prochaines annonces.

Sécurité : « Il n'y a pas eu d'incidents majeurs »

La préfecture du Territoire de Belfort était très satisfaite du déroulement des festivités. « Il n'y a pas eu d'incidents majeurs », a relevé ce dimanche en fin d'après-midi Hugues Besancenot, préfet du Territoire de Belfort. Plus de 600 policiers et gendarmes ont assuré la sécurité à l'extérieur du site. Le préfet s'est également réjouit de la baisse du nombre de conducteurs contrôlés positivement à l'alcoolémie. « C'est le plus bas depuis quatre ans, confie-t-il. Les gens ont donc repris la route dans de bonnes conditions de sécurité. » 250 pompiers et une soixantaine de personnes pour le service médical ont complété ce dispositif. On estime qu'environ 0,5 % des festivaliers ont été pris en charge par leurs soins, principalement pour de la bobologie. La préfecture annonce une vingtaine d'hospitalisations, dont une quinzaine pour des états liés à un excès d'alcool.

Thibault Quartier

Une clé anglaise de l'information, capable d'écrire autant sur le marché des Leds en aquariophilie que sur celui des huîtres ou des poules en zones périurbaines ! Un sujet vous paraît abscons, il se fera un plaisir de l'expliquer.