Le Belfortain Christophe Rouffi, coiffeur de stars aux Eurockéennes. Le Belfortain Christophe Rouffi, coiffeur de stars aux Eurockéennes. DR

Un Belfortain coiffeur officiel des stars des Eurockéennes

Christophe Roffi est le coiffeur officiel des Eurockéennes de Belfort. Toute l’année, il tient un salon de coiffure rue Jean-Jaurès à Belfort et depuis 10 ans, il s’occupe des stars qui viennent se produire aux Eurockéennes.

« J’ai été le premier coiffeur dédié spécialement à un festival de France ! » annonce fièrement Chistophe Roffi. 361 jours par an, il est coiffeur dans son salon au cœur de Belfort et, début juillet, il se transforme en coiffeur de stars avec son équipe. « C’est par hasard que tout a commencé. Jean-Paul Roland (directeur des Eurockéennes, ndlr) venait dans mon salon et un jour il m’a proposé un essai. Depuis, tous les ans, je suis là », sourit-il. Cette année, ils sont encore nombreux à être passés sous ses ciseaux : Chinese Man, Lorenzo, Solange… et surtout tout l'orchestre Victor-Hugo venu accompagner Hubert Félix Thiéfaine « Je pourrai dire que j’ai fait tout un philharmonique ! » rit-t-il… Coupe extravagante, barbe à tailler, rien ne lui résiste. « La grosse difficulté, c’est qu’ils sont en tournée. Ils n’ont pas forcément le temps de se couper les cheveux. Il y a pas mal de travail de rattrapage et ils sont assez contents que l’on s’occupe d’eux », confie-t-il.

 « Je devais mettre un coup de tondeuse au chanteur sur scène ! »

Avant tout, son travail consiste à assurer le bien-être des artistes. En dix ans, il a pu voir quelques stars et avoir un tas d'anecdotes à raconter. « Il y a quelques années, j’ai coiffé de nuit, une lampe allogène dans une main, les ciseaux dans l’autre et la personne voulait absolument voir le concert de Sting. Donc on était devant le show avec tout cet attirail. C’est un super souvenir ! » Vendredi soir, pendant le concert de La Femme, on lui a demandé de monter sur scène : « Je devais mettre un coup de tondeuse au chanteur. Je ne vais pas vous mentir. Je n’étais pas très motivé à l’idée de monter sur scène devant 20 000 personnes. Finalement, c’est une des danseuses qui s’en est occupé », se souvient-il. « J’en ai beaucoup d’autres, mais ce qui se passe aux Eurocks reste aux Eurocks », conclut Christophe Roffi avec un large sourire. Avec un rythme très soutenu pendant quatre jours, le Belfortain voit cependant ce travail comme une véritable chance : « On sort du cadre un peu clean du salon de coiffure. C’est le même travail, mais il devient totalement différent. J’apprends énormément avec toutes ces rencontres et c’est beaucoup de plaisir. »

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.