Une randonnée sans grande difficulté. Une randonnée sans grande difficulté. DR

Randos de l'été: depuis Villars-le-Sec jusqu'au plateau franco-suisse de l'Ajoie

 MyAireUrbaine vous propose une série de randonnées en partenariat avec Balades d'hier et d'aujourd'hui, un concept de randonnées ludiques et thématiques lancé par Sylvie Rieth. Elle nous emmène aujourd'hui à la frontière franco-suisse..

Cette randonnée de 10 km d’une durée de 3 heures 20, sans difficulté, part du parking de l’école de Villars-le-Sec et vous emmènera en territoire Suisse le long des bornes frontière Mazarine et sur les pas du diable

Le village de Villars-le-Sec a pour origine soit le serviteur de saint Dizier, soit une ferme gallo-romaine. Deux hypothèses sont évoquées Villars le Sec tirait son nom de Villibert, domestique de l'évêque Saint Dizier et de son neveu Regenfroid, tous assassinés à l'endroit où s'est formé le village de Croix. La seconde hypothèse plus ancienne, le nom de Villars le Sec se serait formé à son tour peu de temps après le martyre de l'évêque et la mort de Villibert. Saint Dizier ayant été assassiné au IX siècle, la fondation du nom de notre village serait antérieure à l'an 1000. S'appuyant sur des textes d'abbé, le nom du village n'est en effet cité, pour la première fois, qu'à la fin du XIII siècle, en 1282 précisément, dans la forme Veler. Par la suite le nom devient Viler en 1308 puis Villars en 1508. Il faudra attendre le XVIII siècle pour trouver après abandon de l'article et l'adjonction du qualificatif " sec "..

Depuis les premières mentions de ce village dans les archives de 1282 à nos jours Villars le Sec fut le théâtre de plusieurs grands évènements dont la rencontre de l'évêque St Dizier et du Diable en personne.
Il ne restera de cette confrontation que des empreintes des sabots du diable dans la pierre
Des empreintes de pas peuvent y être devinées. La légende raconte que ce sont ceux de Desiderius, futur Saint Dizier, et ceux du diable contre lequel le saint se serait battu, et aurait gagné la bataille. La croix est plantée à proximité pour rappeler au passant que le lieu est sacré. Autrefois, le pèlerin avait coutume de prélever sur cette croix un copeau qui lui portait bonheur pour le reste du voyage.

Le parcours

A partir du parking, prendre à droite et longer la rue principale sur 100 m.
Au 1er croisement tournez à gauche et prenez la rue du Maira.
A la première intersection, prendre le chemin de droite, vous passez devant une croix, puis devant une exploitation agricole.
Traverser ensuite le territoire suisse et longer les bornes frontières Mazarine. Vous arrivez au village du Maira (commune de Buix, en Suisse).
Vous traversez la forêt le long de la frontière et rejoignez «Les Pas du Diable».
Traverser la route départementale 50. Emprunter le premier chemin sur votre gauche. Après quelques courbes dans les sous-bois, vous arrivez devant une cabane pouvant servir d’étape d’où vous observez un point de vue magnifique sur Saint Dizier l’Evêque et la chaîne des Vosges.
Continuer ensuite votre itinéraire en descendant par la forêt vallonnée pour arriver au-dessus du village.
Suivre le chemin qui traverse les champs en culture, vous atteindrez alors la RD 50 située à proximité d’une exploitation agricole. Vous observez également une vue magnifique sur la Suisse (Bure) et le Jura Suisse.
Emprunter la RD 50 pour revenir dans le village, longer la rue principale où vous atteindrez votre point de départ.

Informations pratiques :

  • Départ: parking de l’école de Villars-le-Sec
  • Balisage: anneau rouge
Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.