La gare de Belfort voit partir chaque heure, entre 3 et 5 TER. La gare de Belfort voit partir chaque heure, entre 3 et 5 TER. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

TER : la Région casse les prix des voyages en train

La Région Bourgogne-Bourgogne-Franche-Comté a mis en place une simplification des tarifs pour l'utilisation des TER (Transport express régionaux) ainsi que des réductions pour les jeunes, les familles, les groupes... Un pari risqué au cœur d'un projet, plus global. Le point.

« L’objectif, c’est la diminution des émissions de CO2 et l’augmentation du pouvoir d’achat des Bourguignons et des Francs-Comtois ! » Voici comment Michel Neugnot, 1er vice-président de la Région, résume le projet de baisse et de simplification des tarifs des TER en Bourgogne-Franche-Comté. « On cherche à faciliter l’accès au train. Ce programme est unique en France », déclare fièrement le second de l’exécutif de la Région.

- 50 % pour les moins de 26 ans...

Premier public concerné par cette réduction, les moins de 26 ans. La Région leur offre une réduction de 50 % sur tous les trajets, sans carte d’abonnement, et juste sur présentation de sa carte d’identité. « Elle devient leur nouvelle carte de réduction », affirme Michel Neugnot. La carte jeune (17-25 ans), qui offrait la même réduction, n’a donc plus besoin d’être achetée. Une dépense de 50 euros évitée. Les tarifs sont également adaptés et s’élèveront pour cette tranche d’âge de 2,50 à 17,50 euros pour traverser la Région. Un moyen également de ramener vers le train des jeunes qui ont de plus en plus tendance à se retourner vers d’autres moyens de locomotion (covoiturage, bus) et qui délaissent peu à peu les gares de la Région. « Les jeunes, aujourd’hui, comparent les prix très simplement. Le train n’est plus avantageux et ils le savent, constate Michel Neugnot avant d'ajouter : Nous souhaitons le remettre au centre des transports dans la région. »

...mais tout le monde en profite !

Pour les personnes de plus de 26 ans, de nouvelles réductions sont également disponibles. Notamment, la carte "TER tarif réduit +26 ans" d’un coût annuel de 20 euros. Cette dernière propose des réductions de 30 % en semaine, 60 % les week-ends, les jours fériés et pendant les vacances. Elle permet également de faire profiter à un second voyageur de cette réduction. Public également ciblé, les familles avec une gratuité pour les enfants de 0 à 4 ans et un forfait à 2 euros pour les moins de 12 ans peu importe le trajet. Les tarifs ont également été simplifiés pour les personnes qui choisissent de voyager sans réduction, de 5 à 35 euros. « Les tarifs kilométriques de la SNCF sont remplacés par des tranches kilométriques. Sept pour être précis, qui vont de moins de 35 kilomètres à plus de 200 kilomètres. On ajoute 5 euros à chaque fois qu’on passe une tranche », poursuit Michel Neugnot. Les prix des billets de groupe (10 personnes) diminuent de 75 % « pour les déplacements des équipes de sport ou culturel par exemple », illustre le vice-président, alors que les tarifs pour les entreprises enregistrent une baisse de 30 %.

« Un projet colossal qui ne fait que commencer »

« La première étape s’adresse principalement aux utilisateurs occasionnels qui représentent 70 % des utilisateurs. La seconde s’adressera aux utilisateurs réguliers et abonnés », prévoit Michel Neugnot. C’est d’abord un pari pour la Région qui, si elle ne voit pas la fréquentation des trains augmenter, perdra environ 500 000 euros par trimestre. « C’est un projet colossal qui ne fait que commencer. Nos ambitions sont de modifier totalement le paysage des transports en commun d’ici trois ans », déclare-t-il. Il faudra déjà travailler avec les Régions voisines pour négocier la réciprocité des prix. Cependant, de premières modifications sont attendues dès janvier 2018, avec une tarification sociale pour les demandeurs d’emploi, notamment, ou encore une augmentation du nombre de lignes en journée. « Nous avons une vision sur 15-20 ans en matière de mobilité. C’est un vrai défi qui n’aurait pas pu se faire sans la liberté tarifaire instaurée par l’ancien président de la République [François Hollande, ndlr] », conclu Michel Neugnot, en bon socialiste.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.