Sur la page Facebook de M. Odoul. Sur la page Facebook de M. Odoul. (copie d'écran)

Julien Odoul remplace Sophie Montel à la tête du groupe FN en Bourgogne Franche-Comté

Le torchon brûle au Front national, entre les soutiens de Sophoie Montel, évincée de la présidence du groupe, et ceux de Marine Le Pen.

Le patron du Front national de l'Yonne, Julien Odoul prendra officiellement jeudi la tête du groupe FN au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, confirmant l'éviction de la principale lieutenante de Florian Philippot, Sophie Montel, démise fin juin, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

"Sophie Montel se disait qu'elle pourrait encore être présidente de groupe, mais ce sera M. Odoul", a indiqué un dirigeant du parti, expliquant cette décision par "une démarche de contestation généralisée du Front" de la part de Mme Montel et de ses proches.

Nicolas Bay, secrétaire général du FN, est attendu à Dijon jeudi pour rencontrer l'ensemble des élus du groupe et désigner le nouveau président.

L'annonce de ce déplacement a déclenché sur Twitter une vague de critiques et de manifestations de soutien à Sophie Montel de la part d'élus et de collaborateurs qui lui sont proches.

"Apaiser les élus régionaux"

M. Bay viendra "apaiser" les élus régionaux, a pour sa part assuré M. Odoul, jugeant que "les derniers mois ont été un peu houleux avec Sophie Montel". Selon l'élu, au moins seize des anciens conseillers régionaux FN sur 24 rejoindront le nouveau groupe "Front national - Rassemblement Bleu Marine".

L'eurodéputée Sophie Montel a été démise de ses fonctions par Marine Le Pen le 30 juin, le parti lui reprochant de soutenir les conseillers régionaux Julien Acard et Antoine Chudzik, suspendus pour des propos jugés "hostiles à la direction du mouvement" lors de la campagne des législatives.

Julien Acard a annoncé samedi dans une vidéo publiée sur internet "quitter le Front national" suite à l'éviction de Sophie Montel."Je pensais, à tort, que le parti avait changé, que les outrances de Jean-Marie Le Pen étaient derrière nous (mais) aujourd'hui sa fille se comporte tout aussi mal", a-t-il asséné.

Au FN depuis 1987, Sophie Montel était arrivée en tête du premier tour de l'élection régionale de 2015, imposant une triangulaire gagnée de justesse par le PS. Son éviction a nettement dégradé les relations entre Marine Le Pen et le vice-président du parti Florian Philippot.

Mme Montel a dénoncé dimanche dans un entretien à France 3 une "rediabolisation" du Front national, se disant "très inquiète du tournant, du virage idéologique qui ne correspond pas aux promesses faites en 2011" quand Marine Le Pen est devenue présidente du FN.
"Aujourd'hui nous sommes un grand parti, il va peut-être falloir accepter qu'il y ait des courants à l'intérieur du Front national", a-t-elle ajouté.

(AFP)

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.