PSA remet un pied aux USA à travers une application d'autopartage. PSA remet un pied aux USA à travers une application d'autopartage. (© PSA)

Automobile: PSA lance son application de mobilité aux Etats-Unis

Le groupe automobile remet un pied en Amérique du Nord, non pas avec un nouveau modèle, mais en lançant une application d'autopartage.

Le groupe PSA a lancé mercredi son application de mobilité "Free2Move" à Seattle (Etat de Washington, nord-ouest), l'une des étapes du plan de retour graduel du constructeur automobile français en Amérique du Nord après vingt-six ans d'absence.

"C'est notre premier lancement réel de produit en Amérique du Nord" depuis 1991, a déclaré le patron de cette zone géographique chez PSA, Larry Dominique, lors d'un entretien téléphonique. "Free2Move" (libre de bouger) est la marque qui recouvre les activités de services de mobilité de PSA. L'application, en tant qu'agrégateur, permet "d'accéder aux services d'autopartage de plusieurs opérateurs pour disposer de voitures ou de vélos en autopartage" à Seattle, a précisé le groupe dans un communiqué.

Le constructeur, propriétaire des marques automobiles Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, a pour ambition de se diversifier dans les services au-delà de son cœur de métier industriel, et c'est d'abord par ce biais qu'il a décidé de réattaquer le marché nord-américain. Entamer ce retour par Seattle est logique dans la mesure où la grande ville du "Pacific Northwest" veut limiter la circulation automobile à son niveau actuel, et est réceptive aux offres de nouvelles mobilités, a indiqué M. Dominique.

Brigitte Courtehoux, directrice des "services connectés et nouvelles mobilités" de PSA, a estimé que l'application Free2Move pourrait d'ici un an atteindre "des centaines de milliers de téléchargements". En Europe, elle l'a été 400 000 fois, selon elle.

Le retour de PSA aux Etats-Unis avait été annoncé en avril 2016. Le constructeur veut dérouler un plan à dix ans qui, s'il est concluant, aboutira à la distribution commerciale de ses véhicules outre-Atlantique. Ce moment n'est pas encore arrivé, a souligné M. Dominique, même si PSA a commencé à penser ses futurs véhicules pour répondre aux spécificités réglementaires et aux attentes du marché nord-américain. PSA, dont les marques sont peu connues sur place, espère "entrer en contact avec des millions de clients au quotidien avant de lancer vraiment des voitures" en Amérique du Nord, a résumé M. Dominique.

PSA a déjà tâté le terrain nord-américain plus tôt cette année à travers un service de location de voiture entre particuliers à l'aéroport de Los Angeles, géré par son partenaire, la start-up TravelCar.

Larry Dominique est comme le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, un ancien haut responsable de Nissan. Il a aussi travaillé chez General Motors et Chrysler.

(AFP)

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.