Une application, JNA dB live, permet de mesurer le volume de son environnement sonore. Une application, JNA dB live, permet de mesurer le volume de son environnement sonore. (©My Aire Urbaine - Simon Vermot Desroches)

Bruit: on a testé une appli qui mesure l'environnement sonore [série]

Baisse le volume (3/4) ! Suite de notre série sur le son, à la suite de la publication d'un décret obligeant à la baisse des décibels, notamment dans les salles de concerts. L’association Journée nationale de l’audition (JNA) et la boutique Acoufun, spécialisée dans les protections auditives, ont développé une application permettant à tout moment de mesurer le niveau de décibels dans votre environnement. Nous l’avons testée pour vous.

Au cours du travail autour du décret modifiant le nombre de décibels autorisés dans les salles de concert, nous avons découvert une application : JNA dB live. Le principe est plutôt simple. À tout moment, vous pouvez mesurer le nombre de décibels autour de vous grâce au micro de votre smartphone. Un feu tricolore s’affiche ensuite sous le nombre de décibels. Vert, tout est bon, orange, faites attention et rouge, danger ! Au premier abord, l’application ne rassure pas sur l’exactitude des données. Et pour cause. Sur sa fiche, on peut lire que « JNA et Acoufun se déchargent de toutes responsabilités pour l’exactitude des données relevées ». Les avis ne sont pas non plus très engageants… Je ne m’attends donc pas à un outil fantastique de fiabilité.

Peu importe, je me lance. Premier test. La radio est allumée à faible volume dans la cuisine. Je lance l’application et appuie sur un bouton Play bien en évidence au centre de l’écran : « 69 dB, vous êtes dans un environnement sonore paisible », signale mon smartphone. Ça ne s’annonce pas fou comme expérience… Je refais la manipulation, sans changer le volume. À la radio, l'animatrice parle sur le même ton. Et le résultat est exactement le même. C'est rassurant. Et c'est un bon point pour commencer !

« Vous devez impérativement protéger vos oreilles et ne pas rester exposé trop longtemps »

Je modifie le volume de la radio pour un nouvel essai, puis je teste l'application avec la télé et les cloches de l’église à côté de chez moi, sonnantes et trébuchantes. Rapidement – à la manière de Gad Elmaleh qui mesure chaque meuble à Ikea lorsqu’il récupère un mètre – me vient cette envie de mesurer tout et n’importe quoi ! Le volume de l’autoradio dans la voiture, je le monte et le descends. J’ouvre les fenêtres. je ferme les fenêtres. J'écoute la rue, les chantiers et les bouchons… Les résultats me rassurent quelque peu sur mes habitudes auditives. Dans la voiture, par exemple, l'application me signale : « Vous ne devez pas rester exposé plus de quelques heures à ce niveau sonore. » J’espère qu’il n’y aura pas trop de ralentissements… Pendant mes courses, nouveau petit test. L'environnement est calme, jusqu’à ce qu’une alarme se déclenche aux caisses. Le coup de chance. J'étais déjà prêt à dégainer ! 81 dB s'affichent sur l'outil de mesure. Tiens, j’aurais dit plus ! C’est alors que me vient des idées plus sombres, comme l’alarme d’une voiture ou celle à incendie de mon appartement ? Non, ce n’est pas le moment de jouer avec le feu !

Les semaines passent et l’utilisation devient occasionnelle. Mais parfois elle revient. Un peu de bruit et je me demande : « Tiens, à combien on est de décibels là ? » Un débat houleux en conseil d’agglomération pointe à 82 dB... « Pas plus de quelques heures », m'avertit mon téléphone. Et je n'ai vraiment pas envie de m'éterniser non plus ! 82 dB, c'est même classé dans les « bruits fatigants » selon une infographie publiée dans un article d'un blog affilié à l'académie de Versailles. Et pour les conseils d'agglomération, on ne va pas contredire cette analyse. Plus tard, rendez-vous est pris dans un bar. La musique est un peu forte, je décide alors de mesurer : 94 dB, mon record ! « Vous devez impérativement protéger vos oreilles et ne pas rester exposé trop longtemps », prévient mon téléphone. Je vais choisir une autre option et aller dans un endroit calme environ toutes les heures. Pour reposer mes oreilles.

Au-delà du côté très statistique de l’outil, l’application permet de mettre en évidence deux choses. La première, c’est que l’oreille humaine se rend très bien compte par elle-même que le son est trop fort. Si votre cerveau vous dit « la musique est forte », ou « ce bruit est énervant », vous pouvez être sûr que le nombre de décibels que vous indiquera votre téléphone ira dans ce sens. Ensuite, elle m’a permis de changer quelques habitudes, certes minimes, mais finalement pas si dérangeantes et plutôt les bienvenues pour ma santé : le volume de mon autoradio ou de ma chaîne hi-fi ne dépasse plus le seuil de danger, ou seulement sur quelques chansons... Parfois on ne peut pas résister ! Au moins, dorénavant, vous pourrez expliquer clairement à votre voisin qu’il fait trop de bruits en lui montrant le relevé de décibels, parce qu’il ne semble pas vraiment vouloir comprendre quand vous lui demander de baisser d’un cran le volume.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.