GE traverse une passe difficile. Un plan de relance doit être annoncé en novembre. GE traverse une passe difficile. Un plan de relance doit être annoncé en novembre. (© archives MyAireUrbaine - P.-Y.R.)

La réorganisation de GE inquiète la bourse de New-York

L'action de GE a perdu près de 4% ce lundi 9 octobre. L'action du groupe a perdu plus de 25% cette année, alors que les marchés b oursiers sont en forte hausse.

General Electric (GE), en grandes difficultés, a fortement reculé à Wall Street lundi après l'annonce d'une réorganisation de son équipe dirigeante et l'entrée au conseil d'administration d'un des proches du très influent financier américain Nelson Peltz. L'action a perdu 3,96% à 23,42 dollars. Depuis le début de l'année, la baisse est d'environ 26% alors que dans le même temps les indices boursiers ont atteint de nouveaux records.

Ce recul est essentiellement dû au scepticisme des investisseurs sur les perspectives de croissance du co-fabricant, avec le français Safran, du réacteur d'avion de nouvelle génération Leap, qui paie depuis de nombreux mois les paris risqués de son ancien PDG dans l'énergie.

John Flannery, qui assume depuis le 2 octobre la double casquette de directeur général et de président du conseil d'administration, a commencé à imprimer sa marque sur l'entreprise en se séparant des proches de son prédécesseur.
GE a ainsi annoncé vendredi que Jeff Bornstein, l'actuel directeur financier, Beth Comstock en charge des "Innovations" et John Rice, en charge de la croissance globale, allaient quitter l'entreprise le 31 décembre. Ces trois dirigeants étaient des piliers de l'équipe de Jeff Immelt, qui a dirigé GE pendant 16 ans. M. Bornstein sera remplacé à compter du 1er novembre par Jamie Miller, qui dirige actuellement la division Transports.

General Electric a également annoncé lundi le départ d'un membre de son conseil d'administration, lequel sera remplacé par Ed Garden, chargé des investissements chez Trian Fund Management, le fonds d'investissement du milliardaire Nelson Peltz. M. Peltz a investi 2,5 milliards de dollars dans GE en 2015 et réclame d'importantes économies et une hausse des bénéfices.

Le conglomérat, un des baromètres de la santé de l'économie américaine au vu de son large portefeuille d'activités, doit présenter un plan de relance le 13 novembre prochain. M. Flannery a déjà prévenu qu'aucune option n'est à écarter dont une scission des activités liées à l'énergie et celles tournées vers la santé ainsi qu'une nouvelle cure d'austérité. Il en a donné un avant-goût fin septembre en annonçant la mise en vente des avions destinés au transport des dirigeants dans leurs déplacements professionnels à travers le monde.

(AFP)

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.