Le 8 avril dernier était évoqué un directeur unique pour les deux scènes nationales: c'est désormais fait. Le 8 avril dernier était évoqué un directeur unique pour les deux scènes nationales: c'est désormais fait. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Le pôle métropolitain fête ses premiers succès

Les présidents de Pays de Montbéliard Agglomération et du Grand Belfort, Charles Demouge et Damien Meslot ont annoncé avec une fierté non dissimulée les premières victoires du pôle métropolitain, à savoir la direction unique des théâtres et les cliniques. Ils ont aussi évoqué les prochains grands chantiers du pôle métropolitain.

Les premières pierres du pôle métropolitain ont été posées au mois de septembre 2016, et voici venir les premières concrétisations de l’assemblée. D’abord la direction unique des deux scènes nationales de Belfort (Granit) et Montbéliard (MA Scène nationale). C’est Yannick Marzin, directeur de MA Scène nationale, qui a été désigné directeur des deux scènes. « On oublie une certaine concurrence et on travaille ensemble », déclare Damien Meslot.

« Ensemble », le mot d’ordre, car si les débats ont été quelque peu tendus, les deux présidents assument: « S'il n’y avait pas de discussion, on n’arriverait pas à un tel niveau de service. » Les 57 salariés conserveront leur poste et le budget de la nouvelle direction s’élève à 6,5 millions d’euros. Il est intéressant de noter que Yannick Marzin a été élu à l’unanimité d’un jury composé de membres de PMA, du Grand Belfort, de la Région, des théâtres… « C’est une première étape vers une scène unique dans le nord Franche-Comté », a annoncé Damien Meslot.

Clinique, transports, déchets, les prochains grands chantiers

Après le retrait du recours au tribunal administratif du directeur de l’hôpital Nord-Franche-Comté concernant la création de deux cliniques à la Jonxion et à Montbéliard, les travaux vont être lancés.

Les prochains grands dossiers auxquels devront s’atteler les élus du pôle métropolitain sont d’abord les transports. L’idée d’une tarification unique, de prendre un bus Optymo pour arriver dans le centre-ville de Montbéliard et de prendre au retour un bus Moventis pourrait séduire énormément de monde, notamment les étudiants. « Il y a eu des problèmes d’ordre législatif, ça reste l’une de nos priorités et nous sommes en bonne voie », annonce Charles Demouge laissant penser qu’il ne faudra pas attendre cinq ans pour avoir accès à de tels services.

Autre sujet: les ordures ménagères, puisque le centre de traitement du Territoire de Belfort a besoin de plus de déchets pour être rentable; un accord avec le pays de Montbéliard pourrait être une solution. Il faudra tout de même être patient: « On a avancé, mais nous sommes encore au milieu du gué », a conclu Damien Meslot.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.