L’usine Peugeot Scooters de Mandeure « en train de mourir » (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

L’usine Peugeot Scooters de Mandeure « en train de mourir »

La direction de Peugeot Scooters a annoncé une baisse de la production à l’usine de Mandeure. Les employés ont été surpris et voient petit à petit leur usine mourir.

« Ça a été une vraie surprise ! À partir de septembre et pour toute la fin d’année 2018, il n’y aura pas de travail… » Dorian Chognard, délégué syndical de la CGT à l’usine Peugeot Scooters de Mandeure et ses collègues ont pris un véritable coup sur la tête lors du comité d’entreprise le 2 novembre et d’une réunion le vendredi 17 novembre. Et pour cause: la production passera en 2018 à 7000 unités, soit 3000 de moins qu’en 2017. Cela devrait provoquer une période de chômage technique à la fin de la prochaine année. L’usine de Mandeure emploie plus de 400 personnes et reste un lieu historique de la marque au lion puisque la première usine à Valentigney a été construite en 1825 et a vu des réalisations comme la 103 écoulée à plus de 550 000 exemplaires.

« Ce n’est que le début. Aujourd’hui, nous avons peur que l’usine ne devienne qu’une vitrine, une coquille vide », explique Dorian Chognard. En perdant la production de 3000 scooters Tweet 125, qui devaient être relocalisés de Chine vers la France, mais finalement annulés, les salariés imaginent les pires scénarios. « Il n’y a pas de nouveaux produits, pas de projet à Mandeure, c’est une usine qui est en train de mourir », déplore le délégué syndical. Aucune annonce de licenciements n’a été faite, mais les départs naturels sont suffisants selon le syndicaliste, puisque chaque mois on compte entre trois et six départs en retraite ou démissions. Et avec une moyenne d’âge de 47 ans chez les employés, la CGT ne se fait pas d’illusions: « Le site va se vider, mais la direction le gardera ! Ils en ont besoin pour expliquer qu’ils sont en France, que c’est du made in France. »

La direction n'a pas souhaité s'exprimer, tant qu'elle n'aurait pas de réponses concrètes à donner aux salariés, afin d'éviter de fausses promesses. Plusieurs pistes sont à l'étude pour éviter une fin d'année 2018 compliquée pour les salariés, a cependant tenu à signaler la direction.

La firme PSA Scooters est possédée à 51 % par le groupe indien Mahindra depuis 2014. Pendant cette période, les salariés ont vu leurs productions baisser d’année en année, et s’attendent à une possible délocalisation de la production en Inde. Il ne resterait alors qu’une vitrine rappelant le passé glorieux des cycles Peugeot.

 

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.