Les bons chiffres de Peugeot sont dûs à l'intégration des ventes d'Opel, mais pas seulement. Les bons chiffres de Peugeot sont dûs à l'intégration des ventes d'Opel, mais pas seulement. (doc PSA Peugeot-Citroën)

Peugeot tire le marché automobile français en novembre

Les ventes ont progressé de 10,3% par rapport à novembre 2016. Les groupes français progressent de 20%, alors que les marques étrangères stagnent.

Le marché automobile français a progressé de 10,3% en novembre sur un an, aidé par un jour ouvré supplémentaire et de bonnes performances de la marque Peugeot, selon les chiffres publiés aujourd'hui, vendredi 1er décembre, par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Les groupes français (+20%), dans leur ensemble, ont fait nettement mieux que les marques étrangères qui ont stagné (+0,0%). Sur onze mois (janvier-novembre), le marché a progressé de 5,3%, soit mieux que la prévision des constructeurs français qui tablent sur une hausse de 3 à 4% pour l'ensemble de l'année 2017.

Avec des immatriculations en hausse de 34,1% en novembre, PSA (Peugeot, Citroën, DS) brille, aidé par l'ajout des chiffres de sa filiale Opel, qui était comptabilisée l'an dernier dans le giron de General Motors (GM) et lui apporte plus de 6300 voitures supplémentaires. Hors cet effet de périmètre, la bonne tenue de la marque au lion (+24,5%) dope le groupe et l'ensemble du marché, alors que Citroën gagne aussi 10,78% et la jeune marque DS, aux aspirations haut de gamme mais en manque de nouveaux modèles, regagne du terrain (+13,84%) après une dégringolade ces derniers mois.

Toujours côté français, le groupe Renault fait moins bien que le marché (+5,3%). Sa marque à bas coûts Dacia (+14,1%) progresse davantage que le losange (+3,2%). Parmi les étrangers, le groupe Volkswagen, premier importateur en France, s'effrite de 0,6% en novembre, avec des performances contrastées pour ses différents labels. La marque Volkswagen recule de 4,1%, alors que Skoda progresse de 35,6%. Seat chute de 15,5%. La marque "premium" Audi stagne (+0,35%).

Toyota (+11,7%) continue de profiter de la crise du diesel, avec ses modèles hybrides essence/électrique. L'autre grand constructeur japonais, Nissan, recule pour sa part de 3%. Chez les autres généralistes, Ford progresse de 16,1%, Fiat-Chrysler (FCA) de 9,3%, alors que GM est rayé de la carte après avoir cédé Opel. Du côté des marques allemandes haut de gamme, le groupe BMW (avec Mini) bondit de 18% et Daimler (Mercedes et Smart) de 19,6%.

(AFP)

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.