Le logo d'APESA France. Le logo d'APESA France. DR

Un dispositif pour lutter contre le risque de suicide des chefs d'entreprise lancé dans l'Aire urbaine

Une antenne locale de l'APESA vient d'être lancée à la chambre de commerce de Belfort. Elle met à disposition des interlocuteurs des chefs d'entreprise un outil pour prévenir le suicide.

Le cas d'un suicide de chef d'entreprise a fortement marqué les esprits l'an dernier dans l'Aire urbaine. Le lancement vendredi d'une antenne locale de l'association d'Aides Psychologiques pour les Entrepreneurs en Souffrance Aiguë (APESA) n'y est sans doute pas étrangère à cet épisode douloureux : « On a su mettre en palce ce qu'il fallait pour sauver l'entreprise, mais pas le chef d'entreprise, » déplore Louis Deroin, président de la CPME 90.
L'association a été créée à l'échelon national par Marc Binnie, greffier du tribunal de commerce de Saintes. Il la préside aujourd'hui et était présent vendredi à la CCI de Belfort pour le lancement de l'antenne locale. La CCI du Territoire de Belfort, la Chambre des métiers de l'artisanat, la chambre d'agriculture et la CPME 90 étaient représentées, ainsi que de nombreuses structures quotidiennement en lien avec les chefs d'entreprise.

Créer un réseau de « sentinelles »

Marc Binnie a exposé en détail les raisons d'être de l'association et son mode de fonctionnement. Le dispositif mis en place vise à former ce qu'il appelle des « sentinelles », c'est-à-dire des personnes à même de détecter les signes inquiétants chez les chefs d'entreprise et de mettre en place un système d'alerte.
Lorsque ces « sentinelles » détectent des signaux d'alerte, ils établissent, avec l'accord de la personne concernée, une fiche d'alerte immédiatement transmise à Nantes, au centre de Ressources Mutuelles Assistance (RMA). Là, une équipe de quatre psychologues collecte et traite immédiatement ces fiches. Le chef d'entreprise en souffrance est alors immédiatement recontacté pour une évaluation et pour une mise en relation très rapide avec un psychologue à proximité de chez lui. Il aura ensuite accès à cinq premiers entretiens gratuits avec ce professionnel.
L'équipe du RMA est constituée de psychologues cliniciens spécialisés en prévention du suicide est aptes à prendre en charge les personnes en situation de souffrance psychologique aiguë. Certains sont spécialisés également dans les difficultés conjugales ou dans les addictions, phénomènes souvent associés ou conséquence des difficultés rencontrées par les chefs d'entreprise.
Marc Binnie a créé cette association suite aux observations qu'il a pu faire dans son activité professionnelle. « On parle beaucoup des problèmes des entreprises et pas des difficultés des entrepreneurs, » souligne-t-il. Il insiste aussi sur le rapport affectif du chef d'entreprise à son entreprise : « C'est mon bébé, » distille souvent. La difficulté économique qu'il rencontre engendre perte de dignité, altération de l'image de soi, perte d'identité. Ce phénomène est encore renforcé pour celui qui devient entrepreneur par nécessité : en cas d'échec ce dernier ne voit plus de possibilités de rebond.
S'il a pris la précaution de souligner que le suicide des chefs d'entreprise n'est pas un phénomène de masse, il a relevé aussi que c'est toujours dramatique.

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.