Le centre Athénas à L'Etoile (Jura), spécialisé dans la sauvegarde du lynx boréal en France, a indiqué ce samedi 20 janvier avoir lancé une vaste étude d'analyses ADN sur cette espèce protégée, afin de mieux la connaître et la conserver.
Pendant cinq ans, le centre collectera "des échantillons sanguins, des poils avec leur bulbe pileux ou encore des cellules épithéliales obtenues par frottis buccal" sur les lynx recueillis et soignés dans l'établissement, a indiqué son directeur, Gilles Moyne.

Le centre, bénéficiaire d'une dérogation ministérielle, pourra également collecter des tissus musculaires sur les cadavres du félin. "Le but de cette étude inédite est de parvenir à connaître le degré de diversification génétique de cette population, qui descend seulement de quelques lynx à l'origine, et de parvenir à connaître également le degré d'apparentement entre individus", a expliqué M. Moyne. "Cela permettra de mieux cerner le potentiel génétique de l'espèce, de savoir par exemple si elle est consanguine ou pas, et quelle est sa viabilité à moyen ou long terme", a ajouté le directeur. Il espère ainsi "pouvoir adapter des mesures de conservation, avec des moyens en conséquence".

"L'idéal serait d'avoir une centaine d'échantillons afin d'avoir une photographie de la population de lynx dans le Jura à l'instant +T+", a dit le directeur, qui a envoyé en décembre "un premier lot de 20 échantillons" à un laboratoire spécialisé dans les analyses génétiques.

Le lynx boréal s'est réinstallé dans le Jura après sa réintroduction en Suisse, dans les années soixante-dix. Le versant français du massif jurassien compte aujourd'hui une centaine de lynx, soit environ 90% de la population en France.

(AFP)

Deux nouveautés ont été évoquées et approuvées en conseil municipal de Belfort ce jeudi 14 décembre. Elles concernent l’installation d’une dermatologue et la création de bornes de rechargement pour véhicules électriques.

La préfecture du Doubs a annoncé avoir été autorisée à procéder à l’euthanasie et à l’abattage des bovins d’un cheptel de Saint-Vit, où les animaux étaient dans un état sanitaire déplorable, après qu’ils ont été laissés à l’abandon.

Les opposants au projet de la Laiterie, à proximité de l'étang des Forges, viennent de déposer plainte contre X pour détournement de procédure et délit de favoritisme.

Les décharges sauvages sont de plus en plus nombreuses dans le nord Franche-Comté et les élus de Pays de Montbéliard Agglomération cherchent des solutions pour remédier à ces poubelles à ciel ouvert qui se développent chaque jour un peu partout.

Alstom, radicalisation, convoi exceptionnel, eau potable: le préfet Hugues Besancenot a fait un point sur les dossiers importants avant son départ vers le ministère de l’Intérieur le 9 octobre prochain.

L’association de protection du site de la Laiterie, au bord de l'étang des Forges à Belfort, a déposé une nouvelle fois une requête contre le plan local d’urbanisme et les constructions qui prendront place sur le site.

La répression des fraudes soupçonne PSA de "stratégie frauduleuse" pour faire passer les tests antipollution à ses moteurs diesel en France, rapporte vendredi Le Monde, ce que le groupe automobile a vigoureusement démenti.

La préfecture du Doubs annonce la prolongation des premières limitations d'usage de l'eau prises en juillet en raison du manque chronique de pluies.

Bruno Haettel est pêcheur à la mouche. Depuis son plus jeune âge, il s’intéresse aux insectes aquatiques et c’est cet attrait pour la nature qui l’a conduit à étudier la pollution des rivières du Doubs. Aujourd’hui, il est responsable de la partie scientifique du collectif SOS Loue et Rivière Comtoise. Avec un petit kit, il fait lui-même des analyses dans les rivières du département et le constat n'est pas rassurant. Étude de cas avec les raisons de la pollution du Gland, un affluent du Doubs qui traverse notamment Seloncourt et Hérimoncourt.