Le parvis tel qu'il doit se présenter à la fin des travaux. Le parvis tel qu'il doit se présenter à la fin des travaux. DR

Montbéliard: et maintenant, 720 dalles à poser à l'Acropole

Après les travaux de préparation, l'aménagement du parvis de la gare de Montbéliard viennent de débuter avec la pose de dalles de quelque 375 kg chacune.

Démarrés mi-janvier, les travaux du parvis de la gare entrent en ce début avril dans la phase proprement dite de réaménagement. Après avoir débarrassé l’esplanade du mobilier urbain, de la végétation et préparé le sol, les entreprises ont entamé la pose du dallage en granit le long du bâtiment de la gare.
Dans le prolongement des futurs quais de bus et du cheminement pour piétons et cyclistes, une bande de 11 mètres de large en granit des Vosges est en cours de réalisation. L’entreprise ID Verde a commencé ce lundi 9 avril la pose de quelque 720 dalles.
Extraites de la carrière Petitjean à la Forain, elles pèsent pour les plus grandes 375 kg et requièrent l’usage d’engins mécanisés notamment d’une ventouse thermique pour leur manipulation et leur pose sur le radier en béton (20 cm d’épaisseur) qui a été préalablement coulé et préparé.
Le « lit » de pose doit être parfaitement plat pour que chaque dalle repose en tous points sur le support béton. C’est un travail qui réclame de l’attention et de la minutie puisse qu’au-delà de la planéité et de la stabilité du dallage, il s’agit pour les ouvriers de l’entreprise ID Verde d’obtenir un alignement parfait des joints et de soigner les coupes.

Marquer les entrées du centre-ville

Comme la plupart des villes moyennes françaises, Montbéliard est confrontée à une baisse d’attractivité de son centre-ville. Développement des zones commerciales en périphérie, montée en puissance des boutiques en ligne et nouveaux modes de consommation, choix résidentiels… les causes sont nombreuses. Devant ce constat, la Ville de Montbéliard a lancé, il y a un maintenant deux ans, un plan de reconquête du centre-ville. Plusieurs études ont été diligentées et ont permis d’élaborer, avec l’aide d’un cabinet spécialisé (le cabinet Lestoux et associés), un programme de dynamisation.

Ce plan d’actions, à court, moyen et long termes, a pour ambition de redonner de l’attractivité à l’ensemble du cœur de ville, en tenant compte de toutes ses composantes :

  • espaces publics
  • patrimoine, architecture, ambiance
  • accessibilité, mobilité
  • activités commerciales, tertiaires
  • habitat
  • services médicaux, services publics
  • emploi

Tout récemment la Ville de Montbéliard a été retenue par l’Etat pour le plan national Cœurs de ville, ce qui lui permettra d’obtenir une aide financière conséquente pour rénover et redynamiser son centre-ville.

 Concernant les espaces publiques et l’accessibilité au centre-ville, il a été souligné à plusieurs reprises par les différentes études, le fait que le boulevard ceinturant le cœur historique formait une barrière et que les entrées et accès au centre-ville n’étaient pas assez marqués, pas assez visibles. En somme, que les repères urbains indiquant la proximité immédiate du cœur de ville, de ses commerces, de ses services, de ses voies piétonnes étaient insuffisants.
L’une des recommandations du plan de dynamisation du centre-ville porte donc sur le renforcement et le marquage des entrées de ville, à commencer par l’accès principal constitué de l’Acropole et du parvis de la gare en lien direct avec la carré piéton.
Situé au pied du château, l’espace composé du parvis de la gare et de l’Acropole fait l’objet d’un vaste programme de requalification. Depuis juillet 2017, les engins de chantier s’affairent sur le secteur pied du château - Acropole, afin d’accueillir, dès cet automne, les lignes de bus à haut niveau de service Evolit’Y.
Ces travaux pilotés par Pays de Montbéliard Agglomération portent sur le réaménagement des quais bus le long de la voie ferrée et la réorganisation des voies de circulation au pied du château.

Jusque fin juillet

Le réaménagement du parvis de la gare a démarré mi-janvier. Il porte sur la reprise complète de l’espace situé entre le bâtiment SNCF et l’avenue des Alliés.
Une unité de traitement a été recherchée avec les matériaux utilisés pour le chantier de l’Acropole afin de donner de l’homogénéité à l’ensemble et renforcer l’effet d’esplanade.
Le nouveau parvis de la gare sera constitué d’une bande de 11 m de large en granit des Vosges (dalles de 60 x 200 cm et 60x100 cm) qui longera le bâtiment SNCF. L’écart de niveau de sol entre la gare et le parvis sera supprimé. Un béton bouchardé (béton que l’on décape sur 2 mm pour laisser apparaître le gravillon) sera appliqué entre le granit et les voies de circulations qui devraient bénéficier du même revêtement pour marquer la continuité entre le parvis de la gare et le haut de la rue piétonne.
L’ensemble sera agrémenté d’espaces verts (pour une surface totale d’une centaine de mètres carrés) incluant la plantation d’une demi-douzaine d’arbres (chêne, hêtre, prunus, érable, gainier du canada).

(source: communiqué de presse de la Ville de Montbéliard)


Le phasage des travaux

Mi-janvier : travaux préparatoires, suppression de la végétation et du mobilier urbain.

Fin janvier début février : comblement du passage sous-terrain long d’une vingtaine de mètres (chantier PMA) nécessitant de déplacer les voies de circulation sur le parvis (pour combler la partie située sous la route).

A partir du 5 février et jusqu’à fin avril
Pose du dallage entre le bâtiment des Alliés et l’entrée principale de la gare. Les dalles seront collées au mortier sur un radier en béton.
Reprise du revêtement du trottoir entre le café de la gare et le Centre régional d’art contemporain. Application d’un béton bouchardé.
Réalisation de la voirie (par PMA). Il restera une petite portion à réaliser au niveau des Alliés durant l’été, période à laquelle la circulation est traditionnellement moins dense.

De mi-avril à fin juillet
Poursuite du dallage devant le bâtiment de la gare entre l’entrée principale et l’entrée parc à vélos.

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.