L'ancien conservatoire, dans l'enceinte du château de Montbéliard. L'ancien conservatoire, dans l'enceinte du château de Montbéliard. (©My Aire Urbaine – Simon Vermot Desroches)

Conservatoire de Montbéliard : « Ça y est, c'est acté ! »

Charles Demouge, président de Pays de Montbéliard Agglomération s'en réjouit : le conservatoire de Montbéliard va quitter le château de Montbéliard pour s'installer sur le site des Blancheries. La Ville apportera 4 millions, si le prochain conseil municipal adopte la délibération qui lui sera proposée en ce sens.

Sujet polémique s'il en est à Montbéliard : le devenir du conservatoire. Pour Charles Demouge, président de PMA, l'affaire est réglée, ou presque. C'est, en substance, ce qu'il a expliqué lors de son point presse de ce jeudi 30 août. Et ce sera donc sur le site des Blancheries. Adieu, donc, le château de Montbéliard. Le projet est estimé à 15 millions d'euros. La Ville de Montbéliard devrait y contribuer à hauteur de 4 millions, à travers un fonds de concours. Charles Demouge espère bien que les conseillers municipaux de Montbéliard voteront pour cela lors de son conseil municipal d'octobre.

Parallèlement, Pays de Montbéliard Agglomération, lors de sa séance du 27 septembre, devrait (c'est du moins ce que proposera Charles Demouge aux conseillers communautaires) d'accorder un fonds de concours de 3 millions d'euros en faveur de Montbéliard pour un futur projet de rénovation du château. Du donnant-donnant, en quelque sorte.

3 700 m2, un auditorium de 200 places

Cette étape franchie, Charles Demouge entend lancer dans la foulée, soit début 2019, les travaux pour créer la plateforme, puis la construction à proprement dite du conservatoire.

C'est le projet initial qui sera repris, dit projet Ripault, explique Charles Demouge . « Ce projet correspond au projet pédagogique du conservatoire, » insiste le président de PMA. Le bâtiment fera un peu plus de 3 700 m². Il comprendra un auditorium de 200 places, des locaux de formation, des locaux de pratique individuelle ou collectives, des studios, des salles de chant, de composition, etc. « Un conservatoire d'ampleur départementale », s'enthousiasme de patron de l'agglo.

 

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.