Le nouveau réseau de bus entrera en fonction au cours du premier semestre 2019. Le nouveau réseau de bus entrera en fonction au cours du premier semestre 2019. (archives MyAireUrbaine - SVD)

Montbéliard : la fin des travaux pour les bus promise avant le marché de Noël

La rentrée, c'est ce lundi ; le marché de Noël, c'est bientôt. Charles Demouge promet des transports scolaires à l'heure pour l'une et la fin des travaux pour l'autre.

« Des p'tis trous, des p'tis trous, toujours des p'tis trous », chantait Gainsbourg et son Poinçonneur des Lilas. On ne poinçonne plus ni les tickets de métro à Paris, ni les tickets de bus dans le Pays de Montbéliard.
En revanche, des p'tits trous (et des moins petits), il y en a plein les rues du pays de Montbéliard. Travaux pour le nouveau de réseau de bus obligent. Mais, foi de Charles Demouge, président de Pays de Montbéliard Agglomération, ce sera fini pour le marché de Noël, qui devrait donc se dérouler sans encombrements supplémentaires liés aux travaux de chaussée. Fini à Montbéliard, mais dans dans toute l'agglo. À Grand-Charmont, les travaux devraient s'achever début 2019.

Comme pour l'évolution du projet de clinique et pour celui du conservatoire, il estime que les choses évoluent positivement pour ce dossier-là. Car pour un coût global qui doit rester à 100 millions d'euros, Evolity, le réseau de transports à haut niveau de service (THNS) devrait proposer une troisième ligne, encore à l'étude, qui reliera Hérimoncourt à Montbéliard et desservira La Citédo, le musée de l'Aventure Peugeot, la Mals ou encore l'Acropole. Une ligne supplémentaire qui ne nécessitera pas de nouveaux travaux de voirie. Enfin, pas de « gros travaux » ! Il s'agira éventuellement de mettre aux normes des stations et d'installer des carrefours à feux tricolores. Début des travaux (quand même) en 2010.

Mais, pour Charles Demouge, les travaux du nouveau réseau de transports ont eu le mérite de permettre le réaménagement urbain des trois grandes villes de l'agglo, Montbéliard, Valentigney et Audincourt, « pris en charge par l'Agglomératrion ». Et, insiste le président de PMA, le nouveau réseau bénéficie aux 72 communes du nouveau PMA, et pas aux 29 communes initiales. Et ceci en grande partie grâce au service de transport à la demande qui « ne remplace pas la voiture individuelle ou le taxi », mais « permet au public défavorisé d'être rapatrié vers nos réseaux de transports urbains ».

Oublier les problèmes de la rentrée 2017

Mais demain, c'est la rentrée. Et l'an dernier, côté transports, cela ne s'était pas bien passé dans le pays de Montbéliard. Le président de PMA ne s'en cache pas, mais affirme que tout ira mieux cette année. « Les services, les vice-présidents et Moventis : on a tous retravaillé. » Les lignes régulières utilisées par les scolaires sont renforcées ; PMA a pris en charge six bus supplémentaires ; 18 agents de la CTPM seront sur le terrain pour conseiller et orienter les collégiens.

Enfin, dernier motif de satisfaction pour le président de PMA : les nouveaux bus seront présentés le 10 octobre. Des bus de 18 mètres, d'une capacité de 166 voyageurs, avec planchers bas pour faciliter l'accès des personnes à mobilité réduite, avec des écrans pour informer les voyageurs, et qui fonctionneront au gaz (NGV). La flotte sera composée de 25 nouveaux bus. Tout se met donc en place progressivement pour une mise en service du nouveau réseau de bus annoncée au premier trimestre 2019, mais sans date plus précise pour l'instant. Mais on trouvera bien un p'tit trou dans nos agendas pour l'inauguration.

 

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.