Didier Klein et Charles Demouge présentant fièrement le nouveau label de la pépinière du pays de Montbéliard. Didier Klein et Charles Demouge présentant fièrement le nouveau label de la pépinière du pays de Montbéliard. (My Aire Urbaine - Simon Vermot Desroches)

Étupes : la pépinière d'entreprises labellisée pour son accompagnement

Pour son 30e anniversaire, la pépinière d’entreprises du pays de Montbéliard a reçu une labellisation de la Région. Une reconnaissance pour le travail d’accompagnement fait envers les entrepreneurs et une promesse de diversification de l’économie pour le territoire.

« 99 % des entreprises qui sont passées ici restent ensuite dans le nord Franche-Comté. » Le chiffre de Katia Charlet, directrice de la pépinière d’entreprises du pays de Montbéliard, met à lui seul en avant l’importance, pour le dynamisme économique, de ce lieu. Une utilité reconnue au niveau supérieur avec l’arrivée du label régional de pépinière de « haut niveau de service ». Un label remis à 7 pépinières d’entreprises de la Région, « sur la petite vingtaine qu’elle compte. Une preuve de son dynamisme et des services de qualité qu’elles proposent », se félicite Charles Demouge, président de l’agglomération. Outre la notoriété, cette labellisation permet la création d’un réseau de pépinières, des manières d’échanger sur les pratiques, de trouver des solutions pour une entreprise à plusieurs et, surtout, de recevoir une subvention régionale de 50 000 euros par an pour financer des projets.

Une diversification nécessaire et réussie

Créée en 1988 sous l’impulsion du dirigeant de PSA qui souhaitait voir arriver des start-ups dans la région, la pépinière s’est installée sur le site du Technoland à Étupes en 1991. Innovant à l’époque, elle continue son travail de fourmis et propose aux entreprises installées un suivi complet : projet, discussion, diagnostic, accompagnement dans les démarches, secrétariat… autant de petites actions qui permettent aux entrepreneurs de partir sur de bonnes bases. Un accueil qui intéresse les entrepreneurs, puisque le site est toujours plus ou moins rempli. « Les entreprises vont et viennent », assure Didier Klein, vice-président à l’économie de PMA. Aujourd'hui, 34 entreprises sont dans les locaux de la pépinière. Parmi les réussites de la pépinière, on trouve HNS, un service de nettoyage pour les entreprises qui emploient aujourd’hui 300 personnes au Technoland, ou Dephis, entreprise en pointe sur l’application de métaux en couche mince (quelques microns), notamment dans le domaine militaire. « C’est la preuve d’une diversité exceptionnelle issue de cette pépinière et un vrai atout pour notre territoire », assure le vice-président. Une diversité que l’on retrouve dans les profils des entrepreneurs, d’un homme de plus de 70 ans qui travaille seul pour le site PSA de Belchamps, ou les jeunes de Dynamissions ou de la Place du local.

Trois pépinières labellisées dans le nord Franche-Comté

Les 5 400 m² réservés à la pépinière devraient donc continuer à produire la diversification économique nécessaire à un territoire qui s’est trop souvent appuyé sur la production industrielle de ses géants. Sa situation géographique permet aussi d’attirer des entrepreneurs venant de loin, comme deux Parisiens qui souhaitent s’implanter en raison de la proximité du groupe Hermès. Au milieu des 200 entreprises et 5 000 employés de Technoland, PMA a là un outil parfait pour développer une économie novatrice à l’échelle du nord Franche-Comté, puisque la pépinière des résidences à Belfort et Numerica ont également été labellisées par la Région.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.