Jean-Louis Saugier et ses vélos pour handicapés. Son entreprise explore un marché de niches. Jean-Louis Saugier et ses vélos pour handicapés. Son entreprise explore un marché de niches. (© My Aire Urbaine - Pierre-Yves Ratti)

Etupes: Colibrius, l'aventure entrepreneuriale d'un ancien de Peugeot

Jean-Louis Saugier a créé la SàRL Colibrius en 2010. Cet ancien ingénieur Peugeot loue, adapte, commercialise et entretient des vélos adaptés pour les handicapés et des vélos thérapeutiques. Il réalise avec son fils des formations informatiques pour les handicapés. Aujourd'hui, il aimerait créer une franchise pour faire profiter de son expérience ceux qui voudraient se lancer dans ce domaine.

Lorsqu'il a quitté PSA à l'occasion d'un plan de reconversion, Jean-Louis Saugier pensait créer une entreprise spécialisée dans l'informatique pour handicapés et la formation adaptée à ce public. Colibrius, la société qu'il a créée en avril 2010, effectue bien ce type de prestations, mais elle s'est vite diversifiée dans les vélos adaptés.

A l'origine : sa volonté de travailler avec son fils, Julien, qui assurait déjà des prestations en informatique pour des handicapés dans une collectivité territoriale et qui avait fait des stages à Handicap International. Il faut dire que la famille est sensibilisée à la question du handicap : le père de Jean-Louis et un de ses amis sont handicapés. Parallèlement, son fils Julien avait connaissance de demandes de l'Adapei et des communes pour des formations dédiées.

Dans le cadre de sa reconversion, Jean-Louis Saugier a été épaulé par Altedia et le cabinet Exco pour monter un plan d'affaires. L'idée est venue alors de proposer à la location des vélos (des tricycles, en fait) pour handicapés. Il commence avec la location de quatre vélos au plan d'eau de Brognard. Le succès est au rendez-vous.

De la location à l'achat

Aujourd'hui, sept à huit vélos sont proposés à la location au bord de ce plan d'eau et le planning de réservation est presque rempli jusqu'en septembre. Le conseil départemental du Territoire de Belfort a pris contact avec lui pour offrir le même service au Malsaucy, plan d'eau dont ce département est propriétaire.

De la location, il est passé à la vente, en partenariat avec un constructeur allemand. « Il n'y a pas de vélos thérapeutiques en France »,  affirme Jean-Louis Saugier. Ces locations se font majoritairement via les associations de personnes handicapées (45%), les maisons de retraite (45%) et marginalement par des particuliers, soit au plan d'eau de Brognard, soit au sein des structures: Colibrius fournit des établissements de Strasbourg à Dijon, en passant par Beaune ou Lons-le-Saunier.

Et de fil en aiguille, les structures ou les particuliers passent à l'achat, parfois via les vélos d'occasion que Jean-Louis Saugier remet en état après location: il essaye de renouveler son parc locatif tous les deux ans. Depuis 2010, Colibrius a vendu 120 vélos adaptés (80% sont électriques). « On dispose d'un panel d'accessoires, et avec l'aide des ergo-thérapeutes des instituts ou des centres de rééducation fonctionnelle, on adapte le vélo au handicap de la personne,  explique Jean-Louis Saugier. C'est comme un puzzle et on réalise le  vélo sur mesure. »

L'entreprise réalise un chiffre d'affaires de l'ordre de 250 000 € : 30 000 € pour la formation, 15 000 € pour la location de vélos, 20 000 € pour la vente de rampes d'accès pour handicapés (une autre activité de l'entreprise), le reste du CA provenant de la vente et maintenance des vélos adaptés.

La partie formation de l'activité s'est tournée par exemple vers les enfants dyslexiques et dysphasiques, d'abord grâce à un partenariat avec le rectorat : le but est d'amener ces enfants à l'autonomie dans la prise de note, la réalisation de graphiques pour la géométrie ou les sciences, dans la perspective de l'entrée en 6e. Colibrius suit vingt à vingt-cinq enfants par an.

Julien Saugier assure également des ateliers informatiques avec des logiciels adaptés à différents handicaps dans des maisons d'accueil spécialisées, à domicile, ou dans des entreprises.

"Trouver des trucs un peu particuliers"

Mais le marché du vélo adapté est en plein développement. Il glisse du vélo thérapeutique vers les vélos « utilitaires » pour des parcs de loisirs ou des campings où la voiture est interdite, afin de transporter des marchandises ou des matériaux, par exemple. Le vélo-taxi commence à se développer dans les villes. Jean-Louis Saugier teste l'accueil d'un tricycle – fauteuil roulant adapté aux sportifs et produit par une entreprise hollandaise. Plus largement, la demande en équipements qui permettent à accéder aux handicapés aux losirs est en plein essor, que ce soit pour le sport, internet, voir les téléphones tactiles pour les personnes malheureusement amputées des membres supérieurs.

Jean-Louis Saugier se rend régulièrement au salon de Dusseldorf, spécialisé dans le handicap : « On essaye de trouver des trucs un peu particuliers, le matériel un peu original pour ne pas rentrer en concurrence frontale avec les gros distributeurs de matériel spécialisé. »

Fort de son expérience, il aimerait aujourd'hui créer une franchise afin de la faire partager : « Nous avons mis quatre ou cinq ans à savoir ce qu'il fallait faire pour que ça marche : quel type de vélo il faut pour quel handicap, quel type d'accessoire, etc. notre franchise ferait gagner du temps à ceux qui voudraient ce lancer dans ce domaine. Deux projets ont pour l'instant avorté, mais un troisième est à l'étude. »

Dans un marché de niche, Colibrius explore toutes les niches.

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.