Sochaux: voyage à la Meinau, pour le derby avec Strasbourg (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Sochaux: voyage à la Meinau, pour le derby avec Strasbourg

Lundi en fin d'après-midi, cinq bus sont partis de Sochaux, remplis de supporteurs du football-club Sochaux-Montbéliard. Destination: Strasbourg, pour le derby avec le RC Strasbourg. Reportage dans le bus et dans les tribunes.

 

Il est 17 h quand les ultras de la tribune nord du FCSM se retrouvent sur le parking du stade Bonal, lundi. Écharpes autour du cou, maillot sur les épaules, on discute tranquillement du match du soir. Le match contre le RC Strasbourg, c’est le match de la saison et il a une saveur particulière pour les Sochaliens.

Ce lundi, alors que Strasbourg joue le podium, Sochaux n’a plus grand-chose à espérer après un début d’année 2017 catastrophique. C’est donc le dernier grand rendez-vous de la saison et les ultras se sont rendus à l’entrainement pour montrer à leur club que c’était « le rendez-vous de la saison ».

 

 

Les ultras partent avec les deux derniers bus de la journée: en tout ce sont cinq bus qui ont été affrétés. C’est parti pour trois heures de trajet, où alternent blagues (pas toujours très fines), chants à la gloire du club ou moins lyriques envers les Strasbourgeois.

Arrivé à 5 km de Strasbourg, séance de cadrage: « Pas de provocations. On est là pour le match et les Strasbourgeois nous attendent au moindre mot de trop ».

Camionnettes et motos de police attendent le bus sur une aire de repos, et escortent les deux bus jusqu’au stade. Car la rivalité est là, et les incidents du match aller, les tags au stade Bonal n’ont fait que renforcer le climat de tension entre les supporters des deux clubs.

 

 

Arrivé au stade au moment du coup d’envoi, il faut se dépêcher d’arriver dans les tribunes. Le stade de la Meinau et ses 29 000 places est plein. Les 400 places réservées aux Sochaliens ne sont pas toutes occupées, mais tout de même bien garnies. Après vingt minutes de chant, un premier coup est porté aux supporteurs sochaliens avec le but sur corner de Blayat pour le RC Strasbourg.

« On rentre mal dans le match! »

« Ce n’est pas possible ce manque d’envie ! »

Le stade explose, mais les supporters sochaliens ne lâchent rien,

« Allez on se reprend, ce n’est pas le moment de s’arrêter! »

 

 

À la 40e minute, le deuxième but de Strasbourg jette un nouveau un froid dans le clan sochalien, mais la mi-temps remobilise les troupes avec la distribution de drapeaux par les organisateurs du déplacement. Redémarrage en fanfare, donc.

L’espoir renaît chez les supporters lorsqu’un penalty est sifflé pour les Sochaliens. Mais le raté d’Andriatsima calme presque définitivement les ardeurs des supporters sochaliens…

À la fin du match les supporters reprochent aux joueurs « de ne pas avoir mouillé le maillot ».

Des supporters, pas forcément de mauvaise foi, s'énervent: « Le gardien strasbourgeois mérite un rouge sur le penalty ».

Malgré la défaite, le retour en bus se déroule dans la bonne humeur, même si la pensée du retour au travail dans quelques heures, pour certains, calme l'enthousiasme. Un calme dans le bus est brisé plusieurs fois lorsque des supporters strasbourgeois, en doublant le bus, s'en donnent à cœur joie, klaxonnent de façon provocante.

 

Ce à quoi, bien sûr, les supporters sochaliens ne manquent pas de répondre avec la richesse de leur vocabulaire et les gestes dont ils ont le secret. Après une dernière pause dans une station-service où les Sochaliens croisent les fans de Strasbourg sans débordement, le bus se dirige vers Sochaux.

2 h du matin sont passés: « Ça fait chier quand même, mais bon, à la prochaine ! » 

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.