Jean-Louis Fousseret avec Emmanuel Macron (photo de la page Facebook du maire de Besançon). Jean-Louis Fousseret avec Emmanuel Macron (photo de la page Facebook du maire de Besançon). DR

Le maire pro-Macron de Besançon démissionne du PS

Jean-Louis Fousseret, maire depuis 2001, quitte le PS. Il est l'un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron.

Le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, a annoncé lundi sur France bleu Besançon qu'il démissionnait du PS, au lendemain de l'élection législative qui a donné une large majorité au président de la République.
"Il faut être clair et cohérent", a expliqué l'élu, maire de Besançon (116 000 habitants) depuis 2001.
"Je reste un homme de gauche, fier d'être gauche" et "je suis toujours socialiste au niveau de mes idées, mais je démissionne aujourd'hui", a indiqué l'élu qui avait rejoint En Marche ! dès sa création.
Le Premier ministre Edouard Philippe avait d'ailleurs choisi Besançon vendredi pour son dernier déplacement de campagne avant le second tour des législatives.
Dans cette ville dirigée par le PS depuis plus de soixante ans, il était venu soutenir la candidate REM Fannette Charvier, une novice en politique, finalement élue députée avec 53,49% des suffrages face à la députée PS sortante et frondeuse Barbara Romagnan.

L'heure des choix

"Les élus qui ont peut-être le mieux compris Emmanuel Macron, ce sont les maires: ce type de logique de dépassement des clivages partisans pour essayer de rassembler les gens qui peuvent se mettre d'accord pour avancer, c'est une logique qu'on a souvent dans les mairies", avait déclaré le Premier ministre aux côtés de Jean-Louis Fousseret.
Cette démission du Parti socialiste "ne change rien à mes engagements municipaux, où je travaille avec des communistes, la société civile...", a d'ailleurs souligné M. Fousseret sur France Bleu Besançon. "Nous avons un programme commun que nous continuerons" de mettre en oeuvre jusqu'à la fin du mandat, assure-t-il.
Le responsable du PS du Doubs, Nicolas Bodin, a "pris acte" de cette démission, précisant dans un communiqué que cinq autres élus bisontins lui avaient indiqué qu'ils feraient de même.
"Depuis l'annonce de la transformation du mouvement En Marche! en parti politique, il apparaissait inéluctable que ces élus dussent effectuer un choix entre le Parti Socialiste et En Marche!", a-t-il estimé.
(AFP)

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.