Le château de Montbéliard, fera partie du "plan lumière" qui sera mis en place pour redorer le blason du cœur de ville. Le château de Montbéliard, fera partie du "plan lumière" qui sera mis en place pour redorer le blason du cœur de ville. (© My Aire Urbaine - Pierre-Yves Ratti)

Montbéliard veut soigner son look pour séduire à nouveau

La redynamisation du centre-ville de Montbéliard a été abordée à travers plusieurs points du conseil municipal, ce lundi soir. Marie-Noëlle Biguinet, maire, entend procéder par petites touches successives. A commencer par une sorte de relooking du cœur de ville.

Les centre-villes se meurent et le sujet fâche au sein des conseils municipaux. A Montbéliard, le maire, Marie-Noëlle Biguinet, ne croit pas aux solutions miracles. Elle préconise une action par étapes successives et a tracé les grandes lignes de premières actions, lors du conseil municipal de ce lundi 19 juin 2017.
Elle a tout d'abord annoncé le futur recrutement d'un manager de centre ville. Il aura pour mission de trouver des enseignes « plus ou moins connues » pour donner plus d'attractivité à la ville. Là ne s'arrêtera pas le champ de son action. Il aura un travail sur les quelque 300 logements libres (selon Marie-Noëlle Biguinet), pour faire en sorte que des familles viennent s'installer. Le maire a annoncé vouloir mettre en place des aides aux propriétaires pour améliorer leurs logements.
Marie-Noëlle Biguinet souhaite aussi avoir une action sur ce qu'elle a appelé « l'effet vitrine du centre ville » et notamment sur le château, l'Acropole, la rue piétonne, la place des halles, avec notamment un plan plan lumière sur les bâtiments emblématiques de la ville

Le maire a évoqué ainsi une série de fiches actions qui vont être mises en place progressivement.
Ainsi, à côté de ce « plan lumière », une campagne de ravalement exceptionnel des façades de centre-ville va être alncé. L'aide financière de 15% actuellement en cours va être portée à à 25% dans une partie très centrale ville : l'arrière des halles, la place de la poste et une partie du faubourg de Besançon. Les propriétaires pourront faire appel à par un coloriste conseil.

Marie-Noëlle Biguinet a présenté deux autres axes de travail, qui ont éyé approuvés par l'ensemble du conseil municipal. Tout d'abord une aide pour les façades commerciales de 25% HT et une aide jusqu'à 1000 euros pour l'acquisition de mobilier de terrasses, avec recours à un desiner.
Une autre aide a été approuvée pour les actions de dynamisation commerciale, de 50% du montant des actions, plafonné à 5000 €. Marie-Noêlle Biguinet, à titre d'illustration a cité l'exemple d'une vitrine numérique, idée évoquée par ailleurs par M. Lançon.

Ce dernier, tout en annonçant qu' l'opposition allait approuver les dispositifs présentés par la majorité, est venu titiller Marie-Noëlle Biguinet sur le stationnement payant en centre ville. « La verbalisation et les horodateurs : c'est un peu le signe que vous avez envoyé en début de mandat par Mme le maire ». Par ailleurs, il a évoqué le plan local d'urbanisme : « Il y aurait huit opticiens en centre-ville : un PLU peut réguler le commerce de centre ville, » a-t-il avancé.

Marie-Noëlle Biguinet n'a pas manqué de lui répondre : « Les horodateurs, vous auriez dû les changer, mais vous n'avez pas eu le courage de le faire, parce que c'est impopulaire. Le PLU, nous avons été contraints de le faire en 18 mois, parce que vous ne l'avez pas faits, parce que vous n'aviez pas de vision ; vous n'avez eu ni idées, ni le courage de le faire. »

Les premiers dispositifs d'aide pour le centre-ville ont été adoptés, sans coup férir.

 

 

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.