Peter Zeidler, nouvel entraineur du FCSM entouré des deux dernières recrues. Peter Zeidler, nouvel entraineur du FCSM entouré des deux dernières recrues. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Le FC Sochaux-Montbéliard se veut d'attaque !

À quelques jours du début de la saison, My Aire Urbaine dresse son portrait du cru 2017-2018 du FC Sochaux-Montbéliard. Entraîneur, recrues, discours... Tout ce qu'il faut savoir avant de plonger dans le bain de la ligue 2, vendredi soir. Et de croire (encore) à la remontée.

Être supporter du FC Sochaux-Montbéliard n’est pas toujours facile… Et il faut parfois s'accrocher. En témoigne le dernier parcours. Après un très beau début de saison, le club est passé de la 4e à la 13e place du classement. Sacrée déception. À cela s’ajoutent les doutes autour des propriétaires chinois du club et la nostalgie des grandes années de Ligue 1. Pour autant, il y a toujours des raisons de suivre le club de cœur des Francs-Comtois.

Changement de coach, changement de style

Après deux saisons décevantes, durant lesquels le club est arrivé successivement à la 15e et 13e place du championnat de Ligue 2, Albert Cartier n’a pas été reconduit par la direction du FCSM. C’est l'Allemand Peter Zeidler qui prend le relais sur le banc sochalien. Assez peu connu en France, où il n’a entrainé que le FC Tours en 2011-2012 (6e de ligue 2), il s’est surtout fait connaitre en Autriche et en Suisse. Francophone, il a, au cours de sa carrière, eu l’habitude de travailler avec des équipes de jeunes, ce qui au vu de l’effectif du FCSM ne peut être qu’un avantage. Enfin – et contrairement à son prédécesseur – il prône un jeu offensif, ce qui ne manquera pas de réjouir les supporters de Bonal. À ses côtés, on retrouvera une ancienne gloire du club, Pierre-Alain Frau. Il s’essaiera au rôle d’adjoint après avoir entrainé les U15.

Jeunesse, le mot d’ordre du mercato sochalien

« Au niveau des recrues, nous avons essayé de faire un mix entre des anciens qui ont un esprit de revanche et des jeunes intéressés par le projet et en manque de temps de jeu ! » explique l’entraineur Peter Zeidler. Car le FCSM s’est investi lors de ce mercato d’été ! De nombreux joueurs étaient en fin de contrat et n’ont pas été reconduits par la direction. On peut nommer Johann Ramaré (Valenciennes), Marco Ilaimaharitra (Charleroi, Belgique), Franck Honorat (Clermont) et Goran Karanovic (Angers). Ces deux derniers étant en prêt, ils ont repris la direction de leur club. Finalement, le départ le plus dommageable reste celui d’Ibrahim Konaté, révélation en défense centrale l’an passée, qui a choisi de ne pas signer son premier contrat pro au FCSM, mais de tenter l’aventure du côté de Leipzig. Marcus Thuram, très attendu la saison dernière, n’a pas réussi à confirmer et s’en va à Guingamp. Côté recrues, le FCSM a parié sur la jeunesse. Afin de renforcer le poste de gardien, le club a recruté Lawrence Ati Zigi, en fin de contrat du côté de Salzbourg (Autriche). Il est âgé de 20 ans.En défense, deux recrues rejoignent les Lionceaux. Dans l’axe, le nouvel entraineur va pouvoir compter sur Patrick Kapp, lui aussi âgé de 20 ans, en provenance d’Hoffenheim (Allemagne). Parmi les arrivées, on compte aussi sur celle de Zakarya Bergdich (28 ans), latéral gauche venu de Cordoue (Espagne). Le milieu de terrain comptera deux nouveaux éléments, à savoir El Hadji Ba (24 ans) – passé par l’Angleterre et ancien international français en équipe jeune – et Yakou Meïté (21 ans), prêté par le club anglais de Reading. En attaque, ce seront deux joueurs prêtés qui devront faire la différence devant les buts adverses : Axel Bakayoko (19 ans) en provenance de l’Inter Milan (Italie) et Aldo Kalulu (21 ans), de l’Olympique lyonnais. « Le mercato se termine le 31 août, tout est possible, rappelle toutefois l'entraineur. Mais je suis très satisfait du groupe que j’ai actuellement. »

Le pari de la jeunesse : risqué, mais nécessaire

Parier sur la jeunesse peut sembler compliqué. Mais au vu des derniers exercices et de la deuxième partie de saison l'an passé, former autour de joueurs cadres comme Teikeu, Berenguer ou Andriastima un groupe de jeunes ayant envie de faire ses preuves peut s’avérer payant. La clé sera de créer (comme souvent !) un vrai collectif, en favorisant les liens entre ces générations. Il faudra également remettre en ordre de marche une attaque trop souvent en panne ces derniers mois. Enfin, le stade Bonal devra redevenir une forteresse imprenable ! Trop de défaites et un jeu sans saveurs ont en effet éloigné les supporters du stade. Ils ne demandent pourtant qu’à revoir du beau football dans l’enceinte sochalienne.

Coup d’envoi de la saison vendredi, au stade Bonal, contre Bourg-Péronnas, 15e de ligue 2 l’année passée.

 

- Vendredi 28 juillet, coup d'envoi à 20 h, stade Bonal, Sochaux.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.