L'écoulement gris est un arrivage d'eaux usées qui se déversent dans le Gland lors d'un orage au mois d'août. L'écoulement gris est un arrivage d'eaux usées qui se déversent dans le Gland lors d'un orage au mois d'août. (© Bruno Haettel)

Pollution: « Les algues vertes ne peuvent même pas pousser dans le Gland »

Bruno Haettel est pêcheur à la mouche. Depuis son plus jeune âge, il s’intéresse aux insectes aquatiques et c’est cet attrait pour la nature qui l’a conduit à étudier la pollution des rivières du Doubs. Aujourd’hui, il est responsable de la partie scientifique du collectif SOS Loue et Rivière Comtoise. Avec un petit kit, il fait lui-même des analyses dans les rivières du département et le constat n'est pas rassurant. Étude de cas avec les raisons de la pollution du Gland, un affluent du Doubs qui traverse notamment Seloncourt et Hérimoncourt.

En arrivant devant le cours d’eau, on discerne une épaisse purée brune au fond de l’eau. « On pourrait croire que c’est normal… Mais non ! Le fond de l’eau doit être clair, comme là où il y a des galets et où l’eau est remuée. Les dépôts ne peuvent pas se former. Ce sont des dépôts d’eaux usées ! explique Bruno Haettel, responsable scientifique du collectif SOS Loue et rivières comtoises, avant de déplorer : Hier, des enfants jouaient dans la rivière. » À Seloncourt, par cette chaude après-midi, le constat de Bruno Haettel est sévère. Après avoir mis en avant le besoin de réactions des élus dans le dossier des pollutions des rivières du Doubs, il parcourt les rives de la rivière qui traverse Seloncourt, Hérimoncourt et Audincourt avant de se jeter dans le Doubs. Ancien paradis des pêcheurs, cette rivière n’est plus que l’ombre d’elle-même à cause de la pollution qui la frappe. « Les algues vertes, qui sont normalement un indicateur des dérèglements de l’environnement, ne peuvent même pas pousser dans le Gland », souffle-t-il, effaré.

Première étape : Seloncourt

Sur un parking, le Gland d’un côté, les bâtiments de l’autre, Bruno Haettel fait déjà un premier constat : « Dans le pays de Montbéliard, on construit tout autour des rivières ! Tous les résidus qui sont sur ce parking  (morceaux de plaquettes de freins, particules fines, dépôts) terminent dans la rivière en cas de pluie. » Les modifications des courants d’eau, l’habitude de construire des murs et de bétonner le bord de ces rivières posent également de vrais problèmes. Pour lui, de telles méthodes ont pour conséquence les inondations qui se produisent de plus en plus fréquemment dans le secteur. « D'un côté, vous avez toute l’eau de pluie qui ruissèle des maisons, des parkings, et qui finit leurs courses dans la rivière. C’est l’une des dernières zones de France dans laquelle toutes les eaux de pluie finissent leur course dans les rivières », affirme-t-il, stupéfait. La rivière de son côté est ballotée entre des murs et tente de reprendre sa course naturelle. Résultat : la rivière passe sur le béton et ce sont les premiers endroits victimes d’inondations. « L’homme ne maîtrise pas les rivières, il faut lui laisser de la place et elle s’autorégulera. Mais si on y ajoute nos modifications d’itinéraire et l’eau de pluie des alentours d’un seul coup, vous avez une inondation ! » Aujourd’hui, pourtant, en période de canicule, l’eau manque dans les nappes phréatiques. « Il suffirait d’envoyer directement cette eau de pluie dedans. On creuse des puits percés, l’eau sera filtrée par la roche, par la terre et la nappe sera à nouveau pleine en moins de 10 ans », assure-t-il, ne comprenant absolument pas les décisions politiques.

Deuxième étape : Hérimoncourt

En remontant le cours du Gland, halte à Hérimoncourt. Sur la route, Bruno Haettel pointe du doigt les différentes arrivées d’eau. Il évoque les mesures qu’il réalise après chaque orage et présente des photos qu’il a prises lors d’une pluie, finalement assez faible (2 mm) lors du mois de juin (photos ci-dessous). « Lorsque l’eau est gris bleu, ce sont des eaux usées. Vous pouvez être sûr qu’il y a quelques parts une machine à lavée, un évier, des toilettes branchés sur le conduit des eaux de pluie. » Sur les photos, on aperçoit du papier toilette, des lingettes et l’eau de la rivière devenir peu à peu entièrement grise… « Je fais des relevés d’ammonium avec un petit kit. Sur cet orage, mon kit n’était pas assez avancé pour connaitre la quantité d'ammonium par litre. Je vais jusqu’à 3 mg/l et j’ai dilué l’échantillon plusieurs fois. On est au moins à 12 mg/l d’ammonium (que l’on trouve dans les produits nettoyants ou désinfectants, ndlr). Comment voulez-vous qu’un poisson puisse vivre là-dedans ? » souffle-t-il indigné. Ces résultats, il les envoie pourtant à l’agence française pour la biodiversité (AFB), supposée être la police de l’eau. Pour l’instantn rien n’a été fait, mais un accord avec le Samu de l’environnement permettra prochainement au collectif SOS LRC d’obtenir plus de moyens et une meilleure couverture médiatique de ces problèmes de pollution dans l’eau du Gland et des rivières du Doubs.

« Plus cette pollution est importante, plus il faudra mettre d’argent pour rendre cette eau potable. Car c’est l’eau que les habitants du pays de Montbéliard boivent au final. On ne fait pas les bons investissements. Alors oui, ce ne sera peut-être pas populaire comme décision et ce sera de gros travaux, mais ça vaut le coup » conclut-il, avec un soupçon d’espoir.

                                            
      

Deux cours d'eau se jettent dans le Gland à Hérimoncourt. A gauche, les eaux usées qui coulent pendant un orage. A droite, les eaux boueuses qui arrivent de la rivière en amont, remplis par l'orage (quelques minutes plus tard). En temps normal, lors d'une pluie, seules les eaux de la rivière (à droite) devraient arriver dans le Gland. On voit que sur la deuxième photo, le cours d'eau est devenu totalement gris, la couleur des eaux usées (crédit : DR).

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.