Le commissaire européen Pierre Moscovici a visité l'usine PSA de Sochaux ce vendredi matin. Le commissaire européen Pierre Moscovici a visité l'usine PSA de Sochaux ce vendredi matin. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Trois ans après, le retour de Pierre Moscovici à PSA

Devenu commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, à la fiscalité et à l'union douanière, Pierre Moscovici s’est fendu d’un retour aux sources en visitant l’usine PSA à Sochaux ce vendredi 6 octobre. Il est revenu sur l’aide que porte l’Europe à la marque au Lion ainsi que sur les grands projets du constructeur automobile. Notamment l'usine du futur.

« C’est d’abord un vrai plaisir de revenir ici. » Trois ans après son départ du poste de député de la 4e circonscription du Doubs, Pierre Moscovici est revenu en terre montbéliardaise. Entouré des élus locaux, venus nombreux, le membre français de la Commission européenne a visité les chaînes de montage de l’usine sochalienne du groupe PSA avant de s’exprimer sur les projets du site, notamment « Sochaux 2022 », ainsi que sur les projets de la marque pour la recherche et le développement.

Une situation renversée

Pierre Moscovici, les élus qui l’accompagnent, ainsi que les dirigeants de Peugeot le disent sans détour : « Quand on regarde la situation par rapport à celle d'il y a quelques années, c’est tout de même très rassurant ! » Pas de doute, en annonçant l’amélioration de la ligne de production et par la même occasion la pérennisation du site de Sochaux en début d’année, chacun y a trouvé son compte. 250 millions d’euros seront investis pour transformer le site historique de la marque. « L’Union européenne en finance d’ailleurs 113 millions », rappelle Pierre Moscovici ; c’est une somme suffisante pour rassurer tout un territoire. « Car au-delà du constructeur, nous pensons à tous les sous-traitants. Je suis d’ailleurs heureux d’avoir entendu les dirigeants du site rappeler qu’ils étaient le bateau-mère d’une industrie locale, relève l’ancien ministre. C’est une responsabilité qu’ils endossent et dont ils sont conscients. »

Lors de cette rencontre, le groupe automobile – par le biais du directeur de l'usine de Sochaux, Yvan Lambert – a également présenté un dispositif d’investissement concernant la recherche et le développement, notamment autour de la motorisation (essence-hybride). Ce secteur emploie sur les sites de Sochaux-Belchamps environ 3000 personnes.

Pierre Moscovici se propose comme intermédiaire avec la Banque européenne d’investissement

Si les retrouvailles étaient les bienvenues, le commissaire était avant tout en Franche-Comté pour travailler. Et c’est dans cette optique qu’il a rappelé « la possibilité d’accès à des fonds européens pour de grands projets » et que « sa porte serait toujours ouverte ». Il a cependant pondéré ensuite son propos : « Ce n’est pas du favoritisme pour mon ancienne région ! »

Il semblerait que ces annonces ne soient pas passées inaperçues auprès de la direction de PSA Sochaux. Pierre Moscovici les a encouragés à voir « encore plus grand ». Frédéric Barbier, député de la 4e circonscription du Doubs invite tout de même le constructeur à augmenter le nombre d’embauches sur le site : « Ce territoire vivra beaucoup mieux si vous n’avez pas plus de 50 % d’intérimaires le long des chaînes de production. Il faut plus de CDI pour avoir plus d’espoir ! »

« Avec 140 CDI cette année, nous recommençons à investir dans les ressources humaines, a répondu Yvan Lambert, avant d'ajouter : C'était devenu très rare autant d'embauches. »

Parti alors que le site était au plus mal, Pierre Moscovici est revenu comme ambassadeur de l'Europe et prêt à soutenir l’industrie du nord Franche-Comté.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.