Le conservatoire dans l'enceinte du château est dans un état de délabrement assez avancé. Le conservatoire dans l'enceinte du château est dans un état de délabrement assez avancé. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Montbéliard: le conservatoire, instrument de la discorde

Pays de Montbéliard Agglomération souhaite délocaliser le conservatoire de l’enceinte du château vers les portes du Jura, dans les locaux de l’ancienne clinique, malgré les vives protestations de la maire de Montbéliard, inquiète pour son centre-ville.

« Le conservatoire sera sur le site des Portes du Jura avec une proposition de participer fortement à la réhabilitation de château de Montbéliard, où il n’y aura pas de conservatoire ! » Charles Demouge n’a pas laissé beaucoup de place à la discussion lors de son intervention face à la presse concernant le futur déménagement du conservatoire de Montbéliard. Le sujet oppose la mairie de Montbéliard et Pays de Montbéliard Agglomération.

D’un côté, la Ville souhaite conserver dans son centre historique le conservatoire dans lequel se rendent 1600 personnes et qui offre aux commerçants, des passants. De l’autre, l’Agglomération, seule autorité compétente dans ce dossier, souhaite le faire déménager aux Portes du Jura, à la place de l’ancienne clinique, afin, d’une part de diminuer les coûts, mais aussi d’enrichir le pôle universitaire et de développer une activité dans le château.

Un projet qui fait peur aux commerçants de Montbéliard

Au conseil municipal, le 20 novembre, des commerçants étaient intervenus lors de la séance pour exprimer leurs vives inquiétudes concernant le déménagement possible du conservatoire. L’association qu'ils forment, s’inquiète de voir un nouveau vecteur de passage s’en aller hors du centre-ville après le départ de la CAF, de la sécurité sociale ou encore de la sous-préfecture. Rien n’est alors officiel, et les élus de Montbéliard, notamment d’opposition, s’étonnent de découvrir cette situation préoccupante.

La maire, Marie-Noëlle Biguinet, qui met tout en œuvre pour redonner vie à son centre-ville, se montre assez remontée envers cette décision : « Si déménagement du conservatoire il doit y avoir, il se fera dans le centre ville ».

Un projet avec des intérêts évidents pour le président de l’agglomération

Une situation que l’agglomération, dont Mme Biguinet est vice-présidente, ne voit pas du tout comme cela. En faisant les comptes, Charles Demouge constate: « Réhabilier le site du château, 18 millions d’euros, un nouveau bâtiment 15 millions, les Portes du Jura 7 millions d’euros maximum ! » À cela s’ajoute, selon lui, la possibilité d’obtenir de plus nombreuses subventions, puisque les Portes du Jura sont dans un quartier prioritaire de renouvellement urbain. En installant le conservatoire à la place de l’ancienne clinique, il promet une utilisation partielle du site, et donc la possibilité d’utiliser le reste du bâtiment à d’autres fins. La libération des locaux du château permettrait également une réhabilitation du site et « d’offrir de réelles possibilités en matière de développement économique, touristique, culturel et commercial ».

Biguinet-Demouge, round 2

Lors de ce fameux conseil municipal, la maire de Montbéliard et son adjoint à la culture, Philippe Tissot, s’étaient plaints de ne pas avoir été prévenus et inclus dans les discussions. Charles Demouge s’est fait un malin plaisir de détailler les dates auxquelles le sujet a été évoqué, rappelant soit un départ trop rapide de la maire au cours des réunions, soit une absence. Il aurait même demandé à venir aborder le sujet en conseil municipal de Montbéliard !

« Madame le maire de Montbéliard a été conviée à participer activement aux travaux propres à ce dossier et elle a brillé par une singulière absence », conclura-t-il. Concernant les offres de l’agglomération pour réhabiliter le château, le président n’y va pas non plus par quatre chemins: « L'attitude de madame le maire touche les sommets de l’incompréhension lorsqu’elle tourne le dos à ces propositions ». 

Le sujet sera abordé en conseil d'agglomération le 30 novembre. 

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.