Peugeot Scooters : peut-être un rebond en 2019

L'année 2018 ne sera-t-elle qu'un « mauvais moment » à passer pour le site de Mandeure ? Tout dépend du nouveau modèle qui devrait y être produit à partir de l'année suivante.

La pérennité du site de Mandeure de Peugeot Scooters reste en forme de point d'interrogation depuis des années : de mois en mois, les syndicats s'interrogent sur une éventuelle fermeture du site. Et ce ne sont pas les annonces d'affectation de nouvelles productions qui les ont rassurées au cours de ces dernières années.

Cette inquiétude a été renouvelée voici presque quinze jours, suite au comité paritaire stratégique, comme nous le relations dans notre article ou comme l'ont fait nos confrères de France 3.
Mais la direction veut rester confiante en l'avenir du site historique de Mandeure. Certes, la production prévue à ce jour est de 7000 unités. Un chiffre en-dessous des 10000 avancés comme moyenne de production pour le site de Mandeure. La direction se dit assurée de ce minimum de 7000 et affirme que des études sont en cours pour abonder ce chiffre et assurer une activité stable tout au long de l'année, y compris au dernier trimestre 2018.
Quant au rapatriement d'une partie de la production du Tweet 125 à Mandeure, elle affirme que cette hypothèse avait bien été avancée, mais qu'il ne s'agissait que d'une possibilité, et non d'une annonce définitive. Or, les études menées dans cette perspectives ont débouché sur la conclusion qu'il n'était pas opportun pour l'entreprise de la concrétiser.

Reste que pour la direction de Peugeot Scooters, Mandeure garderait une « place centrale » dans l'entreprise. Le budget, en cours de finalisation, doit être avalisé par les actionnaires (l'actionnaire majoritaire étant l'indien Mahindra depuis 2015).

Un plan stratégique doit être officialisé début 2018. Ce qui semble être acquis, c'est le lancement d'un nouveau modèle, dont la production est annoncée comme affectée à Mandeure.
L'espoir d'un renouveau ?

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.