C'était il y a bientôt un an: la photo du nouvel exécutif de Pays de Montbéliard Agglomération. C'était il y a bientôt un an: la photo du nouvel exécutif de Pays de Montbéliard Agglomération. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Un an après son élargissement, Pays de Montbéliard Agglomération marqué par les bisbilles

Pays de Montbéliard Agglomération nouvelle version fêtera au 1er janvier 2018 son premier anniversaire. Une année riche en tensions politiques, bien éloignée des promesses des débuts.

En passant de 29 à 72 communes, le nouveau Pays de Montbéliard Agglomération se devait de faire une transition réussie. En janvier 2017, les espoirs étaient grands, et Charles Demouge, à peine élu président affirmait: « il faut que le président soit assez intelligent et fort pour pouvoir gérer correctement cette agglomération, » au micro de France 3 région.

Résultat: un an plus tard, plus rien ne va: le sujet du conservatoire met dos à dos la maire de Montbéliard et le président de l’agglomération, les législatives ont fait exploser la gauche et les maires des petites communes font office d’arbitres pour régler les litiges… Retour sur un an de vie de l'agglomération.

Une élection, à l’aube d’une année difficile

Le 21 janvier 2017, les premières élections de cette nouvelle agglomération ont lieu. Charles Demouge est élu président avec seulement 5 voix d’avance face à Denis Sommer. S’ensuit le premier couac de l’agglomération lors de l’élection des vice-présidents. Les 112 élus communautaires alternent entre la liste de la majorité du président, et celle d’opposition de Denis Sommer. Résultat, après quatre interruptions de séance, le président de l’agglomération se retrouve avec une faible majorité dans son bureau exécutif. Et si cette « majorité » de droite s’est étiolée ces dernières semaines sur le sujet du conservatoire, « l’opposition » de gauche a totalement explosé au mois de mai.

Le conservatoire: dureté et conflit au sommet de l’agglomération

C’est le mauvais feuilleton de la fin d’année de PMA : le conservatoire. Le litige oppose la maire de Montbéliard, Marie-Noëlle Biguinet, et le président de l’Agglomération. Autant dire que les deux personnes qui devaient s’entendre pour faire avancer le territoire ne sont pas dans un état d’esprit de coopération. Elle, pense qu’il avait organisé tout cela dans son dos. Lui, trouve qu’elle ne s’investissait pas assez dans ce projet. Lui, considère avoir un projet « sérieux, quoi qu’en disent [s]es détracteurs ». Elle, le trouve « dangereux pour son centre-ville ». Les épisodes se sont enchaînés et d’anciens élus, à commencer par Louis Souvet, ont ouvertement pris position dans les débats.

À gauche, Macron fait tout exploser

Du côté du parti socialiste, deux personnages de la vie locale étaient les fers de lance de la politique de gauche à Pays de Montbéliard Agglomération: Martial Bourquin et Denis Sommer. Mais les élections législatives, et le choix de Denis Sommer de choisir la République en Marche face à une candidate socialiste ont mis du plomb dans l’aile à cette politique pourtant bien intégrée dans le bureau exécutif.

Résultat: aujourd’hui, les deux hommes représentants de leurs partis politiques ne font plus, ou peu, de politique locale, mais traitent bel et bien de politique nationale dans l’hémicycle de PMA. Quand Denis Sommer se voit obligé de répondre aux moindres attaques faites envers le gouvernement, Martial Bourquin n’hésite pas à affronter son nouvel opposant politique sur les premières réformes de l'État. En témoigne le dernier débat à propos des orientations budgétaires de la collectivité qui s’est résumé à une charge contre le gouvernement et ses baisses de dotations.

À PMA, si les promesses étaient belles et si des décisions ont été prises (haut débit, clinique...), parfois même de façon houleuse (nouveau délégataire aux transports), il n’en reste pas moins qu’en un peu moins d’une année, les bisbilles politiques ont pris le dessus.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.