Un homme est décédé en 2009 dans un fourgon de police. L'affaire a été portée devant la Cour européenne des droits de l'Homme, qui vient de condamner la France.

Des violences avaient éclaté fin septembre à Vesoul. Neuf personnes ont été placées ce matin en garde à vue. Une dixième est encore recherchée.

La nouvelle loi sur le non-cumul des mandats oblige députés et sénateurs à céder leur siège de maire et de vice-président de divers structures locales. Des postes qu'ils occupaient, pour certains, depuis des années. Certains ne les ont pas encore quittés, comme Ian Boucard. Il est en effet encore et toujours vice-président du Grand Belfort et conseiller municipal délégué à la ville de Belfort. Décryptage.

Croyant que son épouse la trompait, il est soupçonné de lui avoir asséné 33 coups de couteau.

Début septembre, ses avocats avaient demandé la levée de cette mise en examen et que leur client soit placé sous le statut de témoin assisté.

À l’appel de tous les syndicats de la fonction publique, 700 fonctionnaires (chiffres de la police) ont défilé dans les rues de Belfort pour s’opposer à la politique actuelle du gouvernement Philippe, le gel du point d’indice et l’annonce de  la suppression de 120 000 postes.

Deux mineurs et un homme de 44 ans ont été mis en examen et écroués. Ils auraient reconnu les présence sur les lieux, mais pas leur participation aux violences survenues dans la nuit de vendredi à samedi.

Après des années de guerre politique et des mois de travaux, le projet de Transport à haut niveau de service (THNS) devrait voir le jour en janvier 2019. Le centre de Montbéliard est actuellement le plus concerné par les travaux, mais les élus promettent un véritable changement pour la mobilité dans le pays de Montbéliard. Ailleurs dans l'agglo, les travaux touchent, quant à eux, à leur fin.

La bagarre remonte au 5 septembre. Le suspect a 16 ans et n'est pas scolarisé dans l'établissement.

Plusieurs dizaines d’ambulanciers se sont mobilisés ce lundi 25 septembre pour faire entendre leurs revendications. Profitant des nombreux mouvements syndicaux du moment et de l’appel à la grève des transports routiers, ils ont eux aussi mis en avant leurs conditions de travail qu’ils jugent « inhumaines ».